Tag  |  souverainete

Des déserts

A ride. Poussiéreux. Dangereux. Voilà ce qu’est le désert. Un lieu où l’eau est rare, un lieu hostile à la vie. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que le mot déserté décrive un endroit inhabité. La vie y est difficile. Peu de gens choisissent d’y vivre. Mais il est parfois impossible de l’éviter.

Au travail

Nous avions un souper de groupe suivi de témoignages sur un Dieu qui aime assez son peuple pour lui transmettre ses rêves. Nous avons entendu parler d’un complexe d’appartements pour mères célibataires, d’une grange aménagée pour les mariages et de terrains de camping chrétiens, de la fondation d’une nouvelle église locale. Le point commun entre ces réalisations était le désir de voir le nom de Dieu devenir grand grâce à chaque pas de foi.

Comme prévu

C’était la semaine de la célébration de la Pâque. Des centaines de milliers de pèlerins juifs étaient venus au Temple pour commémorer leur libération de l’esclavage en Égypte (Ex 12.1-28). Le dimanche précédant la Pâque, alors qu’il entrait dans Jérusalem, Jésus avait permis au peuple de lui rendre hommage en tant que roi, ce qu’il ne les avait pas laissé faire auparavant (Jn 12.12-16).

Dieu est impuissant ?

Le fils de Rabbi Harold Kushner est mort du syndrome de vieillissement prématuré, une maladie dégénérative. Plus tard, Rabbi a écrit le best‑seller When Bad Things Happen to Good People (Quand le malheur s’abat sur les justes). En tentant de maintenir sa croyance en Dieu, il a dit que soit Dieu n’est pas totalement bon, puisqu’il permet les maladies, soit il n’est pas assez puissant pour l’empêcher d’apparaître. Il a choisi la deuxième option. Selon Kushner, Dieu a créé le monde, mais il ne le contrôle pas pleinement. En d’autres mots, Dieu nous souhaite du bien et sympathise avec nous dans notre douleur, mais il est impuissant devant elle.

Dieu dans une boîte

Ne serait-il pas merveilleux de pouvoir mettre Dieu en boîte ? Lorsque nous voulons dire ou faire quelque chose qui n’est pas semblable à ce que ferait Christ, nous n’aurions qu’à l’y placer et fermer le couvercle. Nous le ferions juste avant de lancer un juron en plein embouteillage, ou avant de visionner quelque chose d’inapproprié sur You Tube, Facebook ou Twitter. Après notre badinage avec le péché, nous n’aurions qu’à sortir Dieu de là.

Gloire et autorité

Jean a consigné pour nous deux événements qui se sont produits au début (probablement dans les premières semaines) du ministère public de Jésus. Il a accompli le premier de ses 35 miracles consignés durant un mariage à Cana. Il a changé de l’eau pure, utilisée pour le lavage cérémoniel, en du vin de qualité supérieure (Jn 2.1‑11). On nous offre bien plus qu’un Jésus au coeur tendre et compatissant qui aide un nouveau couple marié à sortir de l’embarras alors qu’il manquait de vin trop tôt. On nous offre un avant-goût de sa puissance transformatrice !

L’ŒUVRE DE NOS MAINS

Le printemps venait de céder la place à l’été et les cultures commençaient à donner leurs fruits tandis que notre train parcourait les paysages fertiles de la côte ouest du Michigan. Les fraises avaient mûri, et des gens agenouillés dans la rosée matinale cueillaient ces fruits savoureux. Les buissons de myrtilles absorbaient les rayons de soleil provenant du ciel et les substances nutritives provenant de la terre.

Cesser de s'inquiéter

Selon l’Organisation mondiale de la santé, les Américains sont plus sujets à l’anxiété que le reste de la population mondiale. L’enquête révèle que 31 % des Américains souffriront de ce trouble à un moment donné dans leur vie. Les principales causes de l’anxiété sont l’argent, le travail et la pression sociale. Toujours selon cette enquête, l’anxiété des Américains est cinq fois plus élevée que celle des habitants du tiers-monde.

FAIRE SURFACE

Les êtres humains chevauchent des réalités visibles et d’autres invisibles : le naturel et le surnaturel. J’ai réfléchi à ces deux mondes en prenant la mer à bord d’un bateau d’observation des baleines en Nouvelle-Zélande. Une baleine se reposait à la surface pendant un moment, puis prenait quelques grandes respirations, créant un jet d’eau spectaculaire en exhalant, avant de plonger à un kilomètre et demi de profondeur pour se nourrir de calmars.

Les dieux du café

Récemment, un café finlandais d’Helsinki nommé Kauko, offrait une tasse de café gratuite à tous ses visiteurs. Cependant, ceux qui entraient au café Kauko devaient accepter d’être à la merci d’internautes ayant le contrôle de l’environnement de l’établissement. Pendant une minute, ces « dieux java » pouvaient modifier l’éclairage, la musique et la hauteur des meubles, et les webcams leur permettaient de voir la réaction des gens à la suite des changements.