Tag  |  dieu

Quand les méchants gagnent

Comment vous sentez-vous lorsque vous suivez les règles, mais que les tricheurs gagnent ? Ce n’est pas agréable n’est-ce pas ? De telles choses arrivent dans la vie – parfois les méchants gagnent et les bons souffrent.

Qu’un au revoir

Francis Allen m’a conduit à Jésus, et le temps était maintenant presque venu pour Francis de rencontrer Jésus face à face. J’étais chez lui à l’approche de son départ. Je voulais lui dire quelque chose de mémorable et de significatif.

Ténèbres et lumière

Lorsque j’étais enfant, je livrais des journaux à environ cent quarante maisons dans deux rues reliées ensemble par un cimetière. Comme je livrais le journal du matin, je devais quitter la maison à 3 h et traverser ce cimetière de nuit. Il m’arrivait parfois d’avoir peur au point de le traverser au pas de course ! Je le redoutais jusqu’au moment de me retrouver en sécurité sous un lampadaire planté de l’autre côté. La lumière dissipait alors les ténèbres inquiétantes.

Marcher sur l’eau

Lorsque j’ai appris à faire de la voile, je devais marcher le long d’une plateforme flottante très instable pour atteindre les petits bateaux à bord desquels se donnaient les cours. Cela me faisait horreur. Comme je n’ai pas beaucoup d’équilibre, j’étais terrifié à l’idée de tomber entre la plateforme et le bateau en essayant d’y monter. J’ai failli y renoncer. « Gardez les yeux fixés sur moi, me disait l’instructeur. Je suis là et je vais vous rattraper si vous glissez. » J’ai fait comme il m’a dit, et je suis maintenant le fier détenteur d’un certificat attestant que je maîtrise les rudiments de la voile !

À qui faire confiance ?

En 1942, les nazis ont interné plus de 250 000 Juifs de Varsovie dans camp d’extermination de Treblinka en Pologne. La plupart de ces Juifs ont été tués. Une travailleuse sociale nommée Irena Sendler s’est fait passer pour une infirmière et est entrée dans le ghetto de Varsovie afin de sauver les enfants. Elle a réussi à mettre en sécurité 2 500 enfants en les faisant sortir clandestinement. Espérant les réunir un jour avec leur famille après la guerre, elle a caché leur nom dans deux jarres enterrées sous un pommier.

Monstre du chaos

Les civilisations antiques étaient terrifiées par l’océan. Pour elles, la mer était un endroit de tempête et d’imprévisibilité où la houle engloutissait les courageux marins. Il n’est donc pas surprenant que les religions du Proche-Orient ancien possédaient des récits qui relataient comment leur dieu avait vaincu la terrible mer du chaos et son monstre à sept têtes – souvent représenté par un dragon ou un serpent. Que ce soit Marduk qui a tué Tiamat la déesse des mers, ou le Baal des Cananéens qui a coupé la tête du monstre des océans où règne le chaos, les peuples anciens se faisaient un point d’honneur de dire que leur dieu avait triomphé du mal.

Les meilleures aubaines

Quand j’étais enfant, ma mère et moi allions souvent à l’épicerie ensemble. Alors que j’apprenais à comparer les prix pour trouver le meilleur prix, je me rappelle qu’elle parcourait chaque allée avec une liste d’articles dans une main et une calculatrice dans l’autre. Elle savait comment faire compter chaque pièce de monnaie et comment trouver la meilleure offre. Aujourd’hui, alors que mon mari et moi sautons à pieds joints dans l’inconnu en tant que fondateurs d’Église, je me trouve en présence d’une peur palpable des incertitudes – dont certaines sont d’ordre financier. Peu importe à quel point j’ai l’oeil sur ma calculatrice, je ne peux contrôler le futur.

Tamia jacasseur

J’avais installé un filet dans mon jardin, sur lequel j’allais étaler des pierres décoratives. Tandis que je m’apprêtais à terminer ma tâche, j’ai remarqué qu’un tamia s’était empêtré dans le filet

Dans toutes les générations

Il peut nous sembler étonnant que certains enfants ne suivent pas l’exemple de foi en Dieu de leurs parents. On ne s’attendrait pas plus à voir une personne très engagée envers Christ provenir d’une famille où la foi était inexistante. Dans toutes les générations, un choix s’impose à chaque personne.

L’Éternel impose le rythme

L’année 2013 venait à peine de commencer que je ressentais déjà un besoin de vacances. Des rénovations de maison, un lancement de livre, un voyage en Éthiopie et deux voyages de conférences en Australie m’ont laissé peu de temps libre durant la dernière année. Un soir, au milieu de toute cette agitation, j’ai pris un livre et je suis tombé sur cette charmante paraphrase du Psaume 23 par le poète japonais Toki Miyashina.