Category  |  Notre Pain Quotidien

Tamia jacasseur

J’avais installé un filet dans mon jardin, sur lequel j’allais étaler des pierres décoratives. Tandis que je m’apprêtais à terminer ma tâche, j’ai remarqué qu’un tamia s’était empêtré dans le filet

Embourbés

Nous nous étions complètement embourbés ! Tandis que je déposais la couronne sur la tombe de mes parents, mon mari a rangé la voiture sur le côté de la route afin de laisser passer un autre véhicule. Il avait plu pendant des semaines et l’aire de stationnement était détrempée. Lorsque nous avons été prêts à partir, nous avons toutefois constaté que la voiture s’était embourbée. Les roues patinaient et s’enfonçaient toujours plus.

À la recherche de la sagesse

Tous les printemps, les collèges et les universités tiennent une cérémonie de remise des diplômes afin de célébrer la réussite des étudiants qui ont terminé leurs études et qui ont acquis leur diplôme. Après avoir traversé l’estrade, ces diplômés entrent dans un monde riche en défis à relever. Le simple fait de posséder des connaissances supérieures ne leur suffira pas. Pour réussir dans la vie, il leur faudra encore mettre en pratique avec sagesse tout ce qu’ils ont appris.

Nouveau départ

Le Musée des relations brisées, situé dans la ville de Zagreb, en Croatie, abonde en vestiges de relations amoureuses ayant mal tourné issus de dons anonymes. Il s’y trouve une hache dont un amant rejeté s’est servi pour démolir les meubles de celle qui l’avait lésé. Des animaux en peluche, des lettres d’amour encadrées de verre cassé et des robes de mariage en disent long sur des coeurs brisés. Or, certains visiteurs sortent du musée en pleurant leur propre deuil, mais certains couples le quittent en se faisant l’accolade et en se promettant de ne jamais en venir à se décevoir.

Restez centré sur Jésus

« C’est mon disciple », ai‑je entendu déclarer une femme au sujet d’une personne à qui elle apportait son aide. En tant que disciples de Christ, nous avons tous pour tâche de faire d’autres disciples, en annonçant la bonne nouvelle de Christ aux gens et en les aidant à grandir spirituellement. Par contre, il peut nous être facile de nous concentrer sur nous‑mêmes plutôt que sur Jésus.

Le Grand Médecin

Les médecins que je connais sont intelligents, travailleurs et compatissants. Ils m’ont soulagée à maintes occasions, et je suis reconnaissante pour leur savoirfaire dans le diagnostic de maladies, la prescription de médicaments, la réduction de fractures et la suture de plaies. Cela ne veut toutefois pas dire que je mets ma foi en eux plutôt qu’en Christ.

Un pas plus près

Il y a quelques années, un ami et moi avons décidé de gravir le mont Whitney. Ayant 4421 mètres d’altitude, son sommet est le plus élevé des États‑Unis. Nous avons atteint le portail Whitney tard un soir, nous avons déroulé nos sacs de couchage dans le campement de base et nous avons essayé de dormir un peu avant d’amorcer notre ascension dès l’aube. Techniquement parlant, Whitney n’exige pas une escalade, mais plutôt une longue marche épuisante – une ascension incessante de près de 18 km.

Le pouvoir de la louange

Willie Myrick s’est fait kidnapper dans son entrée de maison lorsqu’il avait 9 ans. Pendant des heures, il a voyagé à bord du véhicule de son ravisseur, sans savoir ce qu’il adviendrait de lui. Pendant ce temps, Willie a décidé de chanter une chanson intitulée « Every Praise » (Chaque louange). Tandis qu’il en répétait les paroles, son ravisseur crachait des blasphèmes et lui ordonnait de se taire. Finalement, l’homme a arrêté son véhicule et a laissé Willie en descendre – sans lui faire de mal.

Mû par l’amour

Dans les années 1920, Bobby Jones dominait le monde du golf, même s’il n’était qu’un amateur. Dans un film racontant sa vie, Bobby Jones, naissance d’une légende, il y a une scène dans laquelle un golfeur professionnel demande à Bobby quand il se décidera à arrêter de jouer en amateur pour mettre la main sur le fric comme tout le monde. Jones lui répond en lui expliquant que le mot amateur provient du mot latin amo, qui signifie aimer. Sa réponse était claire : il jouait au golf par amour du jeu.

Les pensées du survivant

Après avoir été secourue du tragique naufrage d’un traversier, une Sud‑Coréenne de 71 ans a dû lutter contre la culpabilité du survivant. Alitée à l’hôpital, elle a dit ne pas comprendre en quoi il était juste qu’elle survive à un accident ayant enlevé la vie à tant de gens beaucoup plus jeunes qu’elle. Elle regrettait également de ne pas connaître le nom du jeune homme qui l’avait sortie de l’eau après qu’elle avait abandonné tout espoir de survie. Puis elle a ajouté : « J’aimerais au moins lui payer un repas, lui tenir la main ou le serrer dans mes bras. »