Tag  |  vie-chretienne

Boisson fraîche sous le porche

Par une journée particulièrement chaude, le petit Carmine McDaniel, alors âgé de 8 ans, désirait veiller à ce que le facteur du quartier reste au frais et bien hydraté. Il a donc laissé à son intention une glacière remplie de bouteilles de boisson pour sportifs et d’eau dans l’escalier avant de chez lui. Or, la caméra de sécurité a enregistré la réaction…

L'Évangile seulement

Ne de éloignons jamais nous l'Évangile. Qu'est-ce qui ne va pas avec cette phrase ?

Jésus déguisé

En soignant sa belle‑mère confinée chez elle, une de mes amies lui a demandé ce qu’elle désirait le plus.

Tout d’abord

Les passants, ne semblant pas remarquer les tracts qui jonchaient le trottoir ni les pancartes affichées un peu partout à l’intersection, maintenaient un rythme de vie normal en ce week-end d’élection nationale.

L’amour en action

Diplômée de la très estimée université Yale, Heather vit dans un parc de maisons mobiles dans une région rurale des États-Unis. Comment une personne comme elle finit-elle par se retrouver là ? Eh bien, ce n’est pas parce qu’elle a connu une période difficile économiquement.

Séparé, mais non abandonné

La gorge serrée, j’ai dit au revoir à ma nièce la veille de son déménagement au Massachusetts, où elle ferait ses études de deuxième cycle à la Boston University.

Il ne reviendra pas

Voici une paraphrase d’une citation du pasteur et auteur A. W. Tozer : « On savait une chose à propos de l’homme qui sortait de la ville avec une croix sur son dos : il ne reviendrait pas ! »

Valide !

L’Australien Nick Vujicic a compris une merveilleuse vérité : notre valeur ne se trouve pas dans nos aptitudes. Né sans bras ni jambes, Nick a appris à surmonter les épreuves en plus de permettre à Dieu de les utiliser pour produire un bien inimaginable.

Supprimer les barrières

Lors de chacune de mes visites du mardi à « The House », une maison d’accueil où l’on aide les anciennes détenues à réintégrer la société, j’y voyais Mary.

Écrire des lettres

Ma mère et ses sœurs se livrent à un art qui semble disparaître : l’écriture de lettres. Chaque semaine, elles s’envoient un petit mot, si bien que l’un de leurs facteurs en est venu à s’inquiéter lorsqu’il n’a rien à leur livrer !