Tag  |  parole-de-dieu

L’important d’abord

Avant le décollage, un employé de la compagnie aérienne présente les consignes de sécurité, expliquant que faire en cas de dépressurisation de l’appareil.

Une passion apprise

Je ne m'en suis pas si bien tiré lors de ma deuxième année à l'école de mission au Ghana...

Percer les mystères

J’ai toujours aimé la vivacité d’esprit et la perspicacité de Charles Schulz, le créateur de Peanuts.

La Parole de Dieu

Les paroles que nous prononçons sont indissociables de nous-même. Pensez à celles que vous dites.

Séparé, mais non abandonné

La gorge serrée, j’ai dit au revoir à ma nièce la veille de son déménagement au Massachusetts, où elle ferait ses études de deuxième cycle à la Boston University.

Quatre points de vue

La cathédrale de St Andrews est une église scintillante qui se trouve près de la pointe sud de Singapour. Lorsqu’ils quittent le sanctuaire, les adorateurs peuvent voir quatre différentes images colorées en vitrail au-dessus de la porte d’entrée.

Des trésors qui durent

Un homme qui était concessionnaire automobile est devenu mieux « connu pour les voitures qu’il conservait que pour celles qu’il vendait ». Pendant la cinquantaine d’années qu’il a administré l’entreprise, il a conservé certaines voitures de prestige que les clients échangeaient ainsi que quelques modèles neufs.

Le serpent et le tricycle

Pendant des années, j’ai raconté une anecdote datant de l’époque où mon frère et moi étions des bouts de chou au Ghana. Si je me rappelle bien, il avait garé notre vieux tricycle de fer sur un petit cobra.

La dernière danse

Les neuroscientifiques affirment que notre cerveau est un organe flexible qui durcit avec le temps. Quand l’un de nos 100 milliards de neurones envoie une charge électrochimique à un autre neurone, elle crée une nouvelle voie dans le cerveau. Si le neurone répète le signal assez de fois, la voie s’élargit et devient un chemin puis une autoroute. Plus nous pensons à quelque chose, plus nos pensées deviennent gravées dans notre cerveau. Il peut être facile de changer d’idée lorsqu’une nouvelle pensée nous vient à l’esprit. Cela devient plus difficile si cette pensée s’est créé une autoroute dans notre tête.

Des fleurs pour toujours

Bambin, mon fils Xavier se plaisait à m’offrir des fleurs. J’aimais jusqu’à la dernière des brindilles cueillies à la main ou des fleurs achetées avec son père. Je chérissais chacune jusqu’à ce qu’elle se fane et que je doive la jeter. Un jour, Xavier m’a offert un superbe bouquet de fleurs artificielles. Avec le sourire, il a disposé les lis blancs, les tournesols jaunes et les hydrangées pourpres dans un vase de verre. Puis il m’a dit : « Regarde, maman. Elles vont durer pour toujours. C’est gros comme ça que je t’aime. »