Tag  |  offrandes

Une adoration sans prix

Je me sers de l’écriture pour adorer et servir Dieu, plus encore maintenant que mon état de santé limite souvent ma mobilité. Quand une connaissance m’a dit ne trouver rien qui en vaille la peine dans mes écrits, cela m’a donc découragée. J’ai alors douté de la valeur de mes petites offrandes à Dieu.

Le don du don

Un certain pasteur a donné vie à l’expression « Il te donnerait sa chemise » en lançant ce défi à son Église : « Qu’adviendrait‑il si vous donniez le manteau que vous portez à une personne démunie ? » Puis il a enlevé son manteau et l’a déposé à l’avant de l’église. Des dizaines d’autres l’ont imité. Or, cela se passait en hiver, si bien que leur retour à la maison s’est avéré moins confortable ce jour‑là. Par contre, pour des dizaines de personnes démunies, la saison s’est un peu réchauffée.

Tout donner

Durant son seul discours inaugural en tant que président des États‑Unis, John F. Kennedy a lancé le défi suivant aux Américains : « Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour votre pays. » C’était là un rappel de la nécessité de donner leur vie en sacrifice et au service d’autrui. Ses paroles ont particulièrement inspiré les fils et les filles des hommes et des femmes qui avaient servi leur patrie sous les drapeaux.

DES TOMATES GRATUITES

En mettant les sacs d’épicerie dans le coffre de ma voiture, j’ai jeté un coup d’œil à celle d’à côté. Par la vitre arrière, j’y ai vu des paniers remplis de tomates bien mûres – reluisantes, pulpeuses et plus belles que celles du marché. Lorsque la propriétaire du véhicule est apparue peu après, je lui ai dit : « Quelles superbes tomates vous avez là ! » Elle m’a répondu : « La récolte a été bonne cette année. Aimeriez-vous en avoir quelques-unes ? » Surprise par sa générosité, j’ai accepté avec plaisir. Elle m’en a donné plusieurs, qui se sont révélées être aussi bonnes au goût que belles à voir !

CORRIGEZ-LES

La thérapeute et mère Lori Gottlieb dit que les parents qui sont obsédés par le bonheur de leurs enfants risquent de contribuer à ce qu’ils deviennent des adultes malheureux. Ces parents dorlotent leurs enfants, ne les préparent pas à faire face au monde réel, ferment les yeux sur leurs mauvais agissements et négligent de les corriger.

LE PLATEAU À OFFRANDES

Ed Dobson, mon ancien pasteur, disait souvent qu’il lui était désagréable de prêcher sur la nécessité de donner financièrement à l’Église. Il disait que son emploi antérieur exigeait des campagnes de financement, si bien qu’il lui déplaisait d’exercer des pressions inutiles sur les gens. Cependant, en enseignant toute l’épître de 2 Corinthiens, rendu aux chapitres 8 et 9, il n’a pu éviter le sujet. Ce dont je me souviens le mieux de son sermon, c’est l’illustration qu’il a employée. Il a placé un plateau à offrandes par terre, est monté dessus et y est resté en parlant de l’importance de nous donner en entier au Seigneur, et non uniquement notre portefeuille.

Sujets connexes

> Général

Intouchable

La lèpre était l’une des maladies les plus redoutées à l’époque de Jésus. La personne qui en souffrait était condamnée à vivre seule et isolée. Les lois cérémonielles juives interdisaient tout contact physique avec un lépreux. Celui-ci devait vivre hors du camp, à l’écart de sa famille et de ses voisins (LÉ 14.2,3). S’il venait à s’aventurer dans le grand public, il devait crier : « Impur ! Impur ! » afin que les gens sachent qu’ils devaient s’en tenir loin (13.45,46).

Familles et pendules

Mon ami d’âge mûr avait du mal à apprécier son Église locale. Il avait été élevé dans une famille qui accordait de l’importance à leur relation personnelle avec Dieu, mais qui se souciait peu de la religion organisée. Lorsque ses parents étaient plus jeunes, leur Église avait cessé de prêcher l’Évangile. Ils avaient donc commencé à se méfier de toutes…