Tag  |  espoir et joie

De la tristesse à la joie

La grossesse de Kelly présentait des complications, et les médecins s’en sont inquiétés. Au cours de son long accouchement, ils ont décidé de l’emmener à toute allure subir une césarienne. Malgré cette épreuve, Kelly a vite oublié ses douleurs lorsqu’elle a tenu son fils nouveau-né dans ses bras.

Quand nous voyons Jésus

L’un de mes cantiques préférés est When we see Christ (Lorsque nous verrons Christ). Le refrain déclare que toutes nos difficultés et nos épreuves en auront valu la peine lorsque nous verrons Jésus face à face. En vue de ce jour, nous pouvons vivre avec courage pour lui aujourd’hui.

L’espoir Nozomi

En 2011, un séisme de magnitude 9 et le tsunami qui en a résulté ont fauché près de 19 000 vies et détruit 230 000 foyers au nord-est de Tokyo. Par la suite, on a mis sur pied le Projet Nozomi, mot japonais qui signifie « espoir », afin de procurer aux sinistrés un moyen de subsistance, une vie communautaire, la dignité et l’espoir en un Dieu généreux.

Blessures profondes, guérison profonde

Une femme et sa fille m’ont approché après que j’ai parlé dans ma prédication de Dieu qui peut transformer notre douleur en quelque chose de bon. La fille, Kate, était trop désemparée pour parler, alors sa mère l’a fait pour elle.

Un coeur joyeux

Un des airs préférés de ma petite‑fille compte parmi les airs militaires de John Philip Sousa, compositeur américain de la fin du XIXe siècle surnommé « le roi des marches militaires ». Moriah ne fait pas partie d’une fanfare, car elle n’est âgée que de 20 mois. Cette musique, dont elle peut même fredonner quelques notes, lui plaît tout simplement. Elle l’associe à des moments joyeux. Lorsque nous nous réunissons en famille, nous fredonnons souvent cette marche en frappant des mains et en faisant d’autres bruits au rythme desquels nos petits‑enfants dansent ou se pavanent en tournant en rond. Tout cela se termine toujours avec des enfants étourdis et beaucoup de rires.

L'art de la joie

Récemment, j’ai téléphoné à un ami qui avait connu énormément d’épreuves et d’abattement. Des gens qui lui sont chers et qu’il aime ont fait des choix qui leur ont causé du tort et lui ont donné des maux de tête. Toutefois, mon ami a répondu au téléphone d’une voix claire.

Rempli de joie

Dans son livre classique Orthodoxie, G. K. Chesterton a écrit : « [Les enfants] veulent que les choses se répètent et ne changent pas. Ils disent toujours : “Fais-le encore !” ; et l’adulte le fait encore, jusqu’à ce qu’il soit presque mort. Car les adultes ne sont pas assez vigoureux pour exulter dans la monotonie. Dieu, lui, est peut-être assez vigoureux pour exulter dans la monotonie. Il est possible que Dieu chaque matin dise au soleil : “Fais-le encore !”, et chaque soir à la lune : “Fais-le encore !” Ce n’est peut-être pas une nécessité automatique qui fait semblables toutes les marguerites ; c’est peut-être que Dieu fait chaque marguerite séparément, sans être jamais fatigué de les faire. »

L'espoir qui renaît

Sur son blogue, Gayla a raconté qu’elle avait redonné vie à un cactus trouvé dans la poubelle d’un immeuble à logements de son quartier. Elle a trouvé une tige qui donnait signe de vie, et avec un peu d’élagage, a redonné vie à la plante vraisemblablement morte qui fleurit à nouveau et qui pousse maintenant bien. Elle a expliqué en détail la transformation du cactus afin d’aider ceux qui croient que leur plante est fichue.

Le rire

Dans la campagne ougandaise, un groupe de villageois s’était rassemblé autour d’un énorme appareil de forage pour regarder un puits être creusé pour eux. Douze heures plus tard, lorsque la foreuse a atteint l’eau, les hommes, les femmes et les enfants se sont mis à danser, à rire et à exprimer leur reconnaissance à Dieu pour l’accès qu’ils ont à une source d’eau pure pour la première fois de leur vie.

Voici l'espoir

Amy Bleuel a tenté de mettre fin à sa vie après avoir connu des années de sévices et de chagrin. Elle avait 6 ans lorsque ses parents ont divorcé et que sa belle-mère a commencé à la maltraiter. À 13 ans, elle a été agressée sexuellement et blâmée pour le crime. À 18 ans, son père s’est suicidé. La dépendance et d’autres traumatismes personnels ont suivi. Toutefois, sa foi en Jésus a permis à Amy de survivre. Avec le temps, elle a trouvé un groupe de soutien pour ceux qui vivent les mêmes difficultés : le Projet point-virgule. Son message est simple, mais percutant : « Un point-virgule est utilisé lorsqu’un auteur aurait pu terminer sa phrase, mais a choisi de ne pas le faire. Vous êtes l’auteur, et votre vie est le point-virgule. »