Category  |  Notre Marche Quotidienne

Se concentrer

En 1977, Chris Bonington et Doug Scott sont devenus les premiers alpinistes à atteindre le sommet du notoire Ogre situé au Pakistan. Lors de leur descente, toutefois, Doug a glissé et s’est brisé les deux jambes. Chris a aussi eu un accident lors duquel il s’est fracturé plusieurs côtes. Doug, qui a rampé pendant douze jours en affrontant les rochers, la neige et la glace pour se rendre au pied de la montagne, a affirmé y être arrivé en ne se concentrant que sur « une chose à la fois, par exemple un amas de roches ou une cime. Je m’y rendais, puis je pensais à la prochaine étape, parce que de penser à tout le trajet c’était trop angoissant. » Étonnamment, les deux hommes ont survécu.

Seul

Les idées noires caractéristiques de la dépression clinique ont envahi Leigh lorsqu’elle s’est assise sur le bord du lit avec un revolver à la main. Des voix la tourmentaient et lui disaient d’appuyer sur la détente. Cette épouse et mère chrétienne savait que tout cela n’était pas souhaitable, mais la maladie qui la consumait brouillait son esprit. Mis à part son mari et son médecin, personne n’était au courant de son combat quotidien. Leigh a tranquillement baissé son fusil et est sortie de la chambre. Elle a choisi de demander de l’aide aux autres et de leur confier son histoire.

En faire plus

Trois jeunes garçons avaient élaboré une façon d’amasser assez d’argent pour s’acheter chacun une bicyclette neuve. Leur stratégie consistait à appeler leurs voisins et à leur offrir de faire des travaux d’entretien ou de faire des courses en échange d’un peu d’argent.

Un cowboy solitaire ?

Dans mon pays, on a en estime l’« individualisme farouche », l’idée que les gens forts font les choses par eux-mêmes. L’icône de cette valeur particulière était le Lone Ranger, un cowboy fictif très connu de la radio et du grand écran ; un héros masqué solitaire qui protégeait les gens contre le mal. Il est toutefois intéressant de noter que le Lone Ranger était rarement seul. Il possédait un cheval fidèle nommé Silver et un compagnon loyal nommé Tonto. De ce fait, le supposé cowboy « solitaire » possédait plus d’amis que bien des gens !

Donner le ton

Notre fille aînée a commencé à conduire. Même si mon mari et moi avions compris que ce jour arriverait, je n’arrête pas de me demander si nous l’avons bien préparée.

Belle captivité

Je connais un couple qui se confie ouvertement au sujet d’une période dévastatrice de leur mariage. Toutefois, le point central de leur histoire n’est ni leur douleur ni les blessures qu’ils ont infligées, mais Dieu, qui a utilisé cette épreuve pour révéler des problèmes profonds qui avaient besoin d’être soulevés et réglés. L’élagage douloureux a eu comme résultat de les rapprocher l’un de l’autre et aussi de Dieu. Chose étonnante, ils sont reconnaissants pour ce qui est arrivé et pour le bien qui en est ressorti.

Ce dont nous parlons

En Grande-Bretagne, nous aimons parler de la météo. Nous en parlons avec les gens que nous connaissons et ceux que nous venons de rencontrer. Nous en parlons au début d’une réunion de travail ou lors d’un repas. Parfois, nous n’abordons le sujet que pour briser la glace ; c’est une façon de commencer ou de développer une conversation. Souvent, toutefois, ce n’est qu’un moyen d’être amical tout en évitant l’intimité, la profondeur ou le sentiment d’engagement. Ainsi, discuter de la pluie et du beau temps nous permet de garder une certaine distance tout en étant sympathiques.

Jusqu’à quand ?

Il y a peu de temps, j’étais certaine que Dieu guidait mon mari et moi dans une direction précise. Deux différentes sources, sans se consulter, nous ont encouragés à saisir une même occasion. Nous l’avons donc fait. Les portes se sont ouvertes et nous n’avons cessé d’avancer. Nous étions encouragés et enthousiastes puisque ce que nous n’aurions jamais pensé qui arriverait se produisait devant nos yeux. Alors que nous mettions toutes nos démarches en prières, Dieu semblait honorer nos demandes, jusqu’au dernier moment, lorsque la dernière porte a été claquée devant nous. Nous étions bouleversés et avions l’impression que Dieu nous avait trompés. Notre rêve ne pouvait d’aucune façon se concrétiser.

Dieu a créé Snickers

J’ai un aveu à faire : je n’aime pas beaucoup les chiens ! Voici un autre aveu : ma femme dresse un labrador retriever noir pour en faire un chien d’assistance pour les personnes handicapées. Eh bien, Snickers est la créature la plus adorable, douce et aimante du monde, et ce, malgré sa nature canine. On pourrait même dire que j’ai fini par l’aimer.

Grandir comme Jésus

Souvent, ma femme et moi parcourons nos photos de famille et remarquons que nos deux fils ont beaucoup changé. Je suis surpris de voir à quel point ils étaient petits et enfantins il n’y a pas si longtemps. Nous avons traversé toutes ces années avec eux et avons été témoins de leur développement. Leur transformation s’est si bien incorporée dans le rythme de nos vies que nous ne remarquons pas leurs changements jusqu’à ce que nous regardions de vieilles photos.