Our Authors

View All

Articles by Tim Gustafson

Le don du don

Un certain pasteur a donné vie à l’expression « Il te donnerait sa chemise » en lançant ce défi à son Église : « Qu’adviendrait‑il si vous donniez le manteau que vous portez à une personne démunie ? » Puis il a enlevé son manteau et l’a déposé à l’avant de l’église. Des dizaines d’autres l’ont imité. Or, cela se passait en hiver, si bien que leur retour à la maison s’est avéré moins confortable ce jour‑là. Par contre, pour des dizaines de personnes démunies, la saison s’est un peu réchauffée.

Changer de mélodie

Mon ami a reçu une contravention pour excès de vitesse dans une zone de construction et a décidé de la contester en cour. Selon lui, il roulait en dessous de la limite permise lorsqu’un autre véhicule est passé rapidement à côté de lui. Le pistolet radar du policier avait enregistré la vitesse de l’autre voiture. Toutefois, le juge n’a pas accepté l’explication.

Le courage de Kossi

En attendant de se faire baptiser dans le fleuve Mono, au Togo, Kossi s’est penché pour ramasser une sculpture de bois usée. Il y avait des générations que sa famille adorait cette figurine grotesque, que ses proches le regardaient maintenant jeter dans un feu que l’on avait préparé à cette intention. Aucun autre de leurs poulets de choix ne serait sacrifié à ce dieu.

Question de style

Mon pasteur utilise la méthode logique d’un enseignant pour monter habilement ses prédications. Il prêche sur un passage de la Bible verset par verset et se réfère à d’autres passages pour obtenir un contexte historique. On voit clairement qu’il est passionné par la vérité même s’il hausse rarement le ton.

Dieu a créé Snickers

J’ai un aveu à faire : je n’aime pas beaucoup les chiens ! Voici un autre aveu : ma femme dresse un labrador retriever noir pour en faire un chien d’assistance pour les personnes handicapées. Eh bien, Snickers est la créature la plus adorable, douce et aimante du monde, et ce, malgré sa nature canine. On pourrait même dire que j’ai fini par l’aimer.

Deux portraits

Serrant bien fort deux photos, la grand‑mère empreinte de fierté les a montrées à ses amies dans le vestibule de l’église. La première montrait sa fille dans son pays natal du Burundi. La seconde montrait son petit‑fils, à qui sa fille venait de donner naissance. Par contre, sa fille ne tenait pas son nouveau‑né dans ses bras, car elle était morte en couche.

Le meilleur de tous les bals

Lorsque Tom Carlisle a dit à ses parents qu’il ne voulait pas aller au bal de fin d’études de son lycée, ils ont compris. Tom éprouve des difficultés quotidiennes que la plupart d’entre nous ne peuvent comprendre. Ce jeune homme a des besoins particuliers, et il savait qu’il n’allait pas être à l’aise dans ce cadre social.

Toute ma personne

Jeune, Isaac Watts regrettait que la musique laisse à désirer dans son Église. Son père l’a alors mis au défi de faire mieux, et c’est précisément ce qu’Isaac a fait. Son cantique intitulé « When I survey the Wondrous Cross » (Je vois ta croix, ô mon Sauveur) est ainsi considéré comme le meilleur en langue anglaise et a été traduit en plusieurs langues.

La bienveillance de Dieu

Il m’arrive parfois de dire aux gens que ma femme a fréquenté l’université grâce à une bourse d’études de ballon-chasseur. Certaines personnes naïves me répondent : « Ah bon ? » D’autres sont sceptiques : « Le ballon chasseur ? Vraiment ? Depuis quand est-ce un sport admissible aux bourses ? »

Petits mensonges et chatons

Ma mère a remarqué que le petit Elias de quatre ans s’enfuyait à la course d’auprès des chatons naissants. Elle lui avait demandé de ne pas les toucher. « As‑tu touché aux chatons, Elias ? » lui a‑t‑elle alors lancé.

Sujets connexes

> Général

Intouchable

La lèpre était l’une des maladies les plus redoutées à l’époque de Jésus. La personne qui en souffrait était condamnée à vivre seule et isolée. Les lois cérémonielles juives interdisaient tout contact physique avec un lépreux. Celui-ci devait vivre hors du camp, à l’écart de sa famille et de ses voisins (LÉ 14.2,3). S’il venait à s’aventurer dans le grand public, il devait crier : « Impur ! Impur ! » afin que les gens sachent qu’ils devaient s’en tenir loin (13.45,46).

Familles et pendules

Mon ami d’âge mûr avait du mal à apprécier son Église locale. Il avait été élevé dans une famille qui accordait de l’importance à leur relation personnelle avec Dieu, mais qui se souciait peu de la religion organisée. Lorsque ses parents étaient plus jeunes, leur Église avait cessé de prêcher l’Évangile. Ils avaient donc commencé à se méfier de toutes…