Our Authors

View All

Articles by Mart DeHaan

Amnésie

Les services d’urgence de Carlsbad, en Californie, ont secouru une femme ayant un accent australien qui ne parvenait pas à se rappeler qui elle était...

Des merveilles dans la mire

Certains d’entre nous sont enclins à ne voir dans le monde que ce qui y va de travers.

Le grand Médecin

Lorsque le docteur Rishi Manchanda demande à ses patients : « Où vivez‑vous ? », il s’attend à recevoir en réponse plus qu’une simple adresse.

Trésor national

Lorsqu’un publiciste a altéré la photo de la célèbre sculpture de marbre du héros biblique David, de Michel‑Ange, le gouvernement et la tribune officielle de l’Italie s’y sont opposés.

Le cadeau des mages

Un jeune couple marié avait plus d’amour que d’argent. À l’approche de Noël, mari et femme avaient du mal à trouver un cadeau...

Ce n’est pas moi

On se rappelle Arturo Toscanini, l’un des chefs d’orchestre les plus célébrés du XXe siècle, pour son désir de rendre à César ce qui revient à César.

Le cœur de Christ

Un journaliste australien ayant passé 400 jours dans une prison égyptienne a exprimé un mélange d’émotions à sa sortie. Bien que se reconnaissant soulagé de sa remise en liberté, il a dit s’inquiéter énormément pour les amis qu’il laissait derrière lui.

Des racines profondes

Le séquoia, l’une des trois essences d’acajou, compte parmi les organismes les plus imposants et les plus durables. Il peut atteindre les 90 m de hauteur, peser plus de 1,1 million de kg et vivre 3000 ans.

Une raison de sourire

Au travail, les paroles d’encouragement comptent. La façon dont les employés parlent entre eux influence la satisfaction des clients, la rentabilité de l’entreprise et l’estime d’autrui. Des études ont démontré que les membres des équipes les plus efficaces s’expriment réciproquement six fois plus de paroles d’affirmation que de désapprobation, de désaccord et de sarcasmes. Les équipes les moins efficaces ont tendance à émettre près de trois remarques négatives pour chaque parole constructive.

Seul dans l’espace

L’astronaute d’Apollo 15 Al Worden savait ce que c’était que de se trouver du côté opposé de la Lune. Pendant trois jours, en 1971, il a navigué seul à bord de son module de commande, Endeavor, tandis que deux membres de l’équipage spatial travaillaient à des milliers de kilomètres plus bas, sur la Lune. Il avait alors pour tous compagnons les astres au‑dessus de lui qu’il se rappelle avoir été d’un tel éclat qu’ils semblaient l’envelopper de lumière.