Our Authors

View All

Articles by Marlena Graves

Le vent de l’Esprit

C’était en octobre, un mois où, dans mon coin de pays, les températures commencent à descendre et les feuilles de plusieurs variétés d’arbres deviennent éclatantes de couleurs. Les arbres m’éblouissaient dans toute leur gloire automnale.

Visiter Jésus

Je suis la personne responsable de l’équipe de visite de mon église. Cela veut dire que je visite les gens à l’hôpital, chez eux et dans les maisons de retraite. Je recrute aussi des bénévoles pour visiter les gens, les encourager, avoir des conversations spirituelles et prier avec eux.

Rempli de joie

Dans son livre classique Orthodoxie, G. K. Chesterton a écrit : « [Les enfants] veulent que les choses se répètent et ne changent pas. Ils disent toujours : “Fais-le encore !” ; et l’adulte le fait encore, jusqu’à ce qu’il soit presque mort. Car les adultes ne sont pas assez vigoureux pour exulter dans la monotonie. Dieu, lui, est peut-être assez vigoureux pour exulter dans la monotonie. Il est possible que Dieu chaque matin dise au soleil : “Fais-le encore !”, et chaque soir à la lune : “Fais-le encore !” Ce n’est peut-être pas une nécessité automatique qui fait semblables toutes les marguerites ; c’est peut-être que Dieu fait chaque marguerite séparément, sans être jamais fatigué de les faire. »

Les petites choses

La téléréalité et moi ne formons pas une bonne combinaison. On ne fera pas une émission de téléréalité sur mon quotidien de sitôt. Ma vie se limite à prendre soin de mon mari et de mes filles, à travailler à temps partiel à mon église, à écrire un peu et à faire de mon mieux pour aimer ceux qui sont dans ma sphère d’influence. Selon l’avis du monde, je ne suis pas digne des feux de la rampe.

Points forts, points faibles

Mon pasteur s’est assis dans mon bureau de l’église et m’a parlé d’une croyante qu’il avait rencontrée à une autre église il y a plusieurs années. La femme, reconnue pour ses critiques, sentait qu’il faisait tout de travers, et elle en parlait aux autres. Ses prédications ne correspondaient pas à ce qu’elle aimait. Au mieux, elle disait qu’elles étaient « médiocres ». Elle lui a même demandé pourquoi il n’enseignait pas comme les télévangélistes. Lorsqu’il l’a rencontré pour lui parler de ses critiques, elle n’a pas cédé. Malgré tout le venin qu’elle lui a lancé, mon pasteur a affirmé : « Cette femme a fait beaucoup de merveilleuses choses pour l’Église. Nous avons tous nos points forts et nos points faibles, Marlena. Rappelle-toi simplement de cela. »

Objectif bien défini

Luciano Faggiano avait acheté un immeuble pour y ouvrir un restaurant. Malheureusement, l’une des toilettes avait un problème de refoulement. Lui et son fils ont commencé à creuser une tranchée afin de trouver le conduit d’égout brisé. Après une semaine, ils n’avaient pas encore trouvé le problème. Leur frustration s’est toutefois vite transformée en enthousiasme lorsqu’ils ont déterré un trésor archéologique. Les hommes ont découvert un monde souterrain de chambres avec des tombeaux, une chapelle franciscaine et plusieurs autres artéfacts, dont certains dataient d’avant Jésus. Sans oublier qu’ils ont fini par réparer le conduit endommagé !

Jusqu’à quand ?

Il y a peu de temps, j’étais certaine que Dieu guidait mon mari et moi dans une direction précise. Deux différentes sources, sans se consulter, nous ont encouragés à saisir une même occasion. Nous l’avons donc fait. Les portes se sont ouvertes et nous n’avons cessé d’avancer. Nous étions encouragés et enthousiastes puisque ce que nous n’aurions jamais pensé qui arriverait se produisait devant nos yeux. Alors que nous mettions toutes nos démarches en prières, Dieu semblait honorer nos demandes, jusqu’au dernier moment, lorsque la dernière porte a été claquée devant nous. Nous étions bouleversés et avions l’impression que Dieu nous avait trompés. Notre rêve ne pouvait d’aucune façon se concrétiser.

Le don du sommeil

Elle m’a confié qu’elle était dépressive. Elle allait si mal qu’elle a tenté de se suicider plus d’une fois. Même si elle n’était pas dans un état dangereux à ce moment-là, elle se trouvait encore dans une fosse profonde. Aux prises avec de l’insomnie, il y avait longtemps qu’elle n’avait pas joui d’une bonne nuit de repos.

Aimons

C’était une terrible tragédie pour toute notre communauté. L’enseignante de première année de ma fille est morte en couches avec son bébé. Elle n’avait que 36 ans. J’ai eu le coeur brisé lorsque je l’ai vu dans son cercueil avec son bébé dans les bras. Cela ne devrait pas arriver. À cause de l’humanité qui s’est rebellée contre Dieu et des effets continus du péché dans le monde, de telles tragédies arrivent chaque jour dans le monde entier.

Satisfait en Jésus

La jeune mère a perdu du poids et a recommencé à se sentir attirante. Avec le temps, elle s’est lassée de son mari et de leur vie avec leurs quatre jeunes enfants. Elle sentait qu’elle s’était mariée jeune et qu’elle n’avait jamais eu la chance d’explorer d’autres avenues. Elle a fini par mettre en péril la stabilité de sa famille – son amour et son dévouement pour son mari et le bien-être de ses enfants – afin de satisfaire ses propres désirs. Ses voeux de mariage ne lui convenant plus, elle les a violés.

Sujets connexes

> Général

Intouchable

La lèpre était l’une des maladies les plus redoutées à l’époque de Jésus. La personne qui en souffrait était condamnée à vivre seule et isolée. Les lois cérémonielles juives interdisaient tout contact physique avec un lépreux. Celui-ci devait vivre hors du camp, à l’écart de sa famille et de ses voisins (LÉ 14.2,3). S’il venait à s’aventurer dans le grand public, il devait crier : « Impur ! Impur ! » afin que les gens sachent qu’ils devaient s’en tenir loin (13.45,46).

Familles et pendules

Mon ami d’âge mûr avait du mal à apprécier son Église locale. Il avait été élevé dans une famille qui accordait de l’importance à leur relation personnelle avec Dieu, mais qui se souciait peu de la religion organisée. Lorsque ses parents étaient plus jeunes, leur Église avait cessé de prêcher l’Évangile. Ils avaient donc commencé à se méfier de toutes…