Our Authors

View All

Articles by David McCasland

Course et repos

Le gros titre a attiré mon attention : « Les jours de repos sont importants pour les coureurs. » Dans l’article de Tommy Manning, l’ancien membre de l’équipe américaine de course en montagne, a insisté sur un principe dont font fi certains athlètes consacrés à leur sport : le corps a besoin de repos pour se refaire après l’exercice. « Sur le plan physiologique, les adaptations qui se produisent après un entraînement ne sont possibles qu’au repos, écrit Manning, ce qui signifie que le repos compte autant que l’entraînement. »

Après vous

Dans certaines cultures, on s’attend à ce qu’un jeune laisse entrer un aîné avant lui dans une pièce. Chez d’autres, c’est la personne la plus importante ou la plus haut gradée qui entre en premier. Reste que, quelles que soient nos traditions, il y a des moments où nous avons du mal à laisser autrui décider le premier de questions importantes, surtout lorsque ce privilège nous revient de droit.

S.O.S. (Mayday)

Le signal de détresse international « S.O.S. » (Mayday) est toujours répété trois fois de suite, afin de veiller à ce que l’on comprenne clairement l’urgence de la situation qui représente une menace pour la vie. Alors officier radio en chef à l’aéroport Croydon de Londres, Frederick Stanley Mockford a créé ce signal en 1923. Or, ces installations maintenant fermées ont jadis enregistré un grand nombre de départs vers l’aéroport Le Bourget de Paris et d’arrivées en provenance de ce dernier. Selon le National Maritime Museum, Mockford aurait forgé le mot « Mayday » en déformant l’appel à l’aide en français m’aidez.

L’un des nôtres

Lors des funérailles de Charles Schulz (1922‑2000), créateur de la bande dessinée prisée Peanuts, son amie bédéiste Cathy Guisewite a vanté son humanité et sa compassion : « Il a donné à notre monde des personnages qui savaient ce que nous ressentions tous, qui nous donnaient l’impression de ne jamais être seuls. Puis il a donné la personne même du bédéiste, qui nous a donné l’impression de ne jamais être seuls. […] Il nous a encouragés. Il a éprouvé de la compassion envers nous. Il nous a donné le sentiment d’être exactement comme nous. »

Tout son coeur !

Caleb agissait en y mettant « tout son coeur ». Josué et lui faisaient partie d’une équipe d’éclaireurs envoyée pour explorer la Terre promise et rapporter leurs constats à Moïse et au peuple. Caleb a dit : « Montons, emparons‑nous du pays, nous y serons vainqueurs ! » (NO 13.30), mais dix membres de l’équipe ont dit leurs efforts être voués à l’échec, car, malgré les promesses de Dieu, ils ne voyaient que les obstacles (V. 31‑33).

L’Évangile viral

Dans le cadre du projet Viral Texts, la Northeastern University, à Boston, étudie comment le contenu imprimé dans les années 1800 s’est répandu par le truchement des journaux – réseau des médias sociaux de l’époque. On a découvert que, pour l’ère industrielle, l’article réimprimé 50 fois ou plus était considéré comme « viral ». Or, dans le magazine Smithsonian, Britt Peterson a fait remarquer qu’un bulletin de nouvelles du XIXe siècle indiquant quels disciples de Jésus ont été exécutés pour leur foi avait paru dans au moins 110 publications différentes.

Le génie de la décharge

Noah Purifoy a amorcé sa carrière d’artiste d’« assemblage » avec pour matière première trois tonnes d’ordures récupérées après les émeutes survenues en 1995 dans la région de Watts, à Los Angeles. À partir notamment de roues de vélo cassées, de boules de jeu de quilles, de pneus usés et de téléviseurs endommagés – des choses inutilisables –, un de ses collègues et lui ont créé des sculptures au message puissant concernant les gens que l’on traite comme des « détritus » au sein de la société moderne. Un certain journaliste a surnommé M. Purifoy « le génie de la décharge ».

Cela procure‑t‑il de la joie ?

Le livre d’une jeune Japonaise portant sur le désencombrement et l’organisation s’est vendu en deux millions d’exemplaires. Le message de Marie Kondo portait essentiellement sur les moyens d’aider les gens à se défaire à la maison de choses inutiles, qui les embarrassaient. « Prenez chaque article dans votre main, dit‑elle, et demandez‑vous : "Cela me procure‑t‑il de la joie ?" » Si la réponse est oui, gardez‑le. Sinon, donnez‑le.

Toujours sous son aile

Le jour où notre fille cadette était en vol de Munich à Barcelone, je suis allé visiter mon site de tracé de vols préféré pour suivre sa progression. Après avoir entré son numéro de vol, j’ai pu constater que l’avion avait traversé l’Autriche et longeait maintenant le nord de l’Italie. De là, l’avion allait survoler la Méditerranée au sud de la Riviera française, pour arriver à l’heure prévue. J’avais l’impression que la seule chose que j’ignorais, c’était ce que le personnel de bord servait au déjeuner !

Rebâtir

En rentrant d’un très long séjour à l’étranger, Edward Klee à découvert que la Berlin qu’il se rappelait et avait aimée n’était plus que l’ombre d’elle‑même, comme lui, d’ailleurs. Dans la revue Hemispherers, Klee écrit : « Retourner dans une ville que l’on a aimée tend à ressembler à un coup de dés. […] Ce retour risque de se solder par une déception. » Il se peut qu’un retour sur les lieux de notre passé nous inspire tristesse et deuil. Nous ne sommes plus la personne que nous étions alors, pas plus que l’endroit ayant eu une telle importance à nos yeux n’est resté le même.

Sujets connexes

> Général

Intouchable

La lèpre était l’une des maladies les plus redoutées à l’époque de Jésus. La personne qui en souffrait était condamnée à vivre seule et isolée. Les lois cérémonielles juives interdisaient tout contact physique avec un lépreux. Celui-ci devait vivre hors du camp, à l’écart de sa famille et de ses voisins (LÉ 14.2,3). S’il venait à s’aventurer dans le grand public, il devait crier : « Impur ! Impur ! » afin que les gens sachent qu’ils devaient s’en tenir loin (13.45,46).

Familles et pendules

Mon ami d’âge mûr avait du mal à apprécier son Église locale. Il avait été élevé dans une famille qui accordait de l’importance à leur relation personnelle avec Dieu, mais qui se souciait peu de la religion organisée. Lorsque ses parents étaient plus jeunes, leur Église avait cessé de prêcher l’Évangile. Ils avaient donc commencé à se méfier de toutes…