Tag  |  vie-chretienne

Au café

Un pasteur voulait supprimer les traditions formelles de son Église et veut l’amener à prendre une nouvelle direction. Il se disait que c’était les formalités en vigueur dans la congrégation qui empêchaient la communauté locale d’entrer dans l’église. Il voulait donc petit à petit les aider à changer.

Communication claire

Beaucoup de situations conflictuelles résultent de fausses suppositions dues à un manque de communication. Par exemple, nous partageons un mur avec nos voisins et, depuis qu’ils ont emménagé il y a six mois, ils rénovent tout : le jardin, le garage, les salles de bains, les chambres à coucher. Il n’y a aucun endroit où le marteau, les outils électriques…

Une mauvaise réputation

Pendant des siècles, l’Église a eu la triste réputation d’entretenir des querelles amères et des désaccords brutaux. Les différentes confessions se dressent les unes contre les autres, et les membres d’une même confession prétendent connaître l’interprétation juste de l’Écriture et la façon de la mettre en pratique. Aujourd’hui, plusieurs dirigeants chrétiens encouragent plus d’humilité et moins de divisions dans la pratique de notre foi en groupe.

Le jeu en vaut la chandelle

À la fin du IVe siècle, on ne servait plus les disciples de Christ en pâture aux lions pour divertir Rome. Par contre, les jeux de la mort s’y sont poursuivis jusqu’au jour où un homme des gradins a sauté avec courage dans l’arène pour empêcher les deux gladiateurs de s’entretuer.

Les meilleures aubaines

Quand j’étais enfant, ma mère et moi allions souvent à l’épicerie ensemble. Alors que j’apprenais à comparer les prix pour trouver le meilleur prix, je me rappelle qu’elle parcourait chaque allée avec une liste d’articles dans une main et une calculatrice dans l’autre. Elle savait comment faire compter chaque pièce de monnaie et comment trouver la meilleure offre. Aujourd’hui, alors que mon mari et moi sautons à pieds joints dans l’inconnu en tant que fondateurs d’Église, je me trouve en présence d’une peur palpable des incertitudes – dont certaines sont d’ordre financier. Peu importe à quel point j’ai l’oeil sur ma calculatrice, je ne peux contrôler le futur.

Du nouveau

Ce n’étaient que des bouts de bois, mais Charles Hooper a vu beaucoup plus que cela en eux. En récupérant du vieux bois d’oeuvre d’un séchoir à maïs abandonné depuis longtemps, il a esquissé quelques ébauches simples. Puis il a abattu quelques chênes et peupliers de sa propriété boisée, qu’il a équarris péniblement à l’aide de la hache de son grand‑père. Il s’est ensuite mis à assembler, pièce par pièce, le vieux bois avec le nouveau.

Marqué de son nom

En juillet 1860, la première école d’infirmières a ouvert ses portes à l’hôpital St. Thomas à Londres. Aujourd’hui, cette école fait partie du King’s College, où ses étudiants sont appelés des Nightingales. Cette école – comme dans le cas des soins infirmiers des temps modernes – a été établie par Florence Nightingale, qui a révolutionné le domaine durant la guerre de Crimée. Lorsque les futures infirmières terminent leur formation, elles font le « Nightingale Pledge » (serment de Nightingale), qui reflète l’influence que cette femme continue d’exercer sur les soins infirmiers.

Mû par l’amour

Dans les années 1920, Bobby Jones dominait le monde du golf, même s’il n’était qu’un amateur. Dans un film racontant sa vie, Bobby Jones, naissance d’une légende, il y a une scène dans laquelle un golfeur professionnel demande à Bobby quand il se décidera à arrêter de jouer en amateur pour mettre la main sur le fric comme tout le monde. Jones lui répond en lui expliquant que le mot amateur provient du mot latin amo, qui signifie aimer. Sa réponse était claire : il jouait au golf par amour du jeu.

Quel nom !

Bonjour, permettez-moi de me présenter. Je m’appelle Chia Poh Fang. C’est mon nom en dialecte, et je suis une Hakka. En chinois, mon nom se lit comme suit : Xie Bao Fang. « Xie » est mon nom de famille, et il évoque la gratitude. « Bao » signifie protection. Et « Fang » signifie fragrance. Ainsi, mon nom signifie « merci de protéger la fragrance ».

« La »

Un homme riche est au plus mal. Il prend un papier et un stylo pour écrire ses dernières volontés. « Je laisse mes biens à ma soeur non à mon neveu. » Mais le mourant a passé l’arme à gauche avant de pouvoir achever la ponctuation de son billet. À qui laisse-t-il sa fortune ? Son neveu décide de la ponctuation suivante : « Je laisse mes biens à ma soeur ? Non ! À mon neveu. » Mais la soeur n’est pas d’accord. Elle ponctuerait le mot de la sorte : « Je laisse mes biens à ma soeur. Non à mon neveu. » Cette histoire illustre les conséquences fâcheuses d’une ponctuation mal placée.