Tag  |  vie-chretienne

Marqué de son nom

En juillet 1860, la première école d’infirmières a ouvert ses portes à l’hôpital St. Thomas à Londres. Aujourd’hui, cette école fait partie du King’s College, où ses étudiants sont appelés des Nightingales. Cette école – comme dans le cas des soins infirmiers des temps modernes – a été établie par Florence Nightingale, qui a révolutionné le domaine durant la guerre de Crimée. Lorsque les futures infirmières terminent leur formation, elles font le « Nightingale Pledge » (serment de Nightingale), qui reflète l’influence que cette femme continue d’exercer sur les soins infirmiers.

Mû par l’amour

Dans les années 1920, Bobby Jones dominait le monde du golf, même s’il n’était qu’un amateur. Dans un film racontant sa vie, Bobby Jones, naissance d’une légende, il y a une scène dans laquelle un golfeur professionnel demande à Bobby quand il se décidera à arrêter de jouer en amateur pour mettre la main sur le fric comme tout le monde. Jones lui répond en lui expliquant que le mot amateur provient du mot latin amo, qui signifie aimer. Sa réponse était claire : il jouait au golf par amour du jeu.

Quel nom !

Bonjour, permettez-moi de me présenter. Je m’appelle Chia Poh Fang. C’est mon nom en dialecte, et je suis une Hakka. En chinois, mon nom se lit comme suit : Xie Bao Fang. « Xie » est mon nom de famille, et il évoque la gratitude. « Bao » signifie protection. Et « Fang » signifie fragrance. Ainsi, mon nom signifie « merci de protéger la fragrance ».

« La »

Un homme riche est au plus mal. Il prend un papier et un stylo pour écrire ses dernières volontés. « Je laisse mes biens à ma soeur non à mon neveu. » Mais le mourant a passé l’arme à gauche avant de pouvoir achever la ponctuation de son billet. À qui laisse-t-il sa fortune ? Son neveu décide de la ponctuation suivante : « Je laisse mes biens à ma soeur ? Non ! À mon neveu. » Mais la soeur n’est pas d’accord. Elle ponctuerait le mot de la sorte : « Je laisse mes biens à ma soeur. Non à mon neveu. » Cette histoire illustre les conséquences fâcheuses d’une ponctuation mal placée.

Terminez en beauté

À la suite du décès de ma grand-mère, nos jumeaux de cinq ans nous ont interrogés, mon mari et moi, au sujet de la mort. Tout ce que j’ai pensé dire c’est qu’elle s’en est allée après avoir terminé son travail. C’est une idée simple, mais l’Écriture révèle que nous avons un certain nombre de jours pour terminer notre travail sur terre (Ps 39.4 ; 90.10,12).

Sur une base solide

Dans le film High Fidelity (Haute fidélité), un personnage nommé Rob Gordon gémit sur la passivité dont il a fait preuve par le passé. « Je pense qu’il était plus logique d’éviter de m’engager et ainsi rester ouvert aux possibilités , a-t-il dit, et ça, c’est du suicide, petit à petit. »

Sous la lumière

L’une des choses les plus difficiles à faire pour moi lorsque je me prépare le matin est de choisir mes chaussettes. Sont‑elles bleues ou noires ? Je suis daltonien et je ne peux faire la différence entre ces deux couleurs dans la pénombre du matin ! Ce que je fais habituellement c’est de les apporter dans la cuisine et de les comparer sous la lumière d’une ampoule lumineuse, ce qui m’aide à distinguer leur vraie couleur.

Le nom de Dieu

Une collègue a découvert qu’un site Internet utilisait son nom pour attirer des gens à un séminaire biblique. Mais on ne l’avait pas réellement invitée à être conférencière. Elle s’est aussitôt mise à enquêter sur l’affaire. Serait‑ce un vol d’identité ?

Suivre Jésus

Grand‑père était un directeur d’école primaire doux, mais ferme de Pretoria en Afrique du Sud. Durant ma dernière année en tant que stagiaire, il m’a confié quelques secrets du métier. Ses conseils sur la façon de sortir un élève perturbateur de la classe et de l’emmener dans un endroit isolé se sont avérés des plus utiles : « Regarde l’élève droit dans les yeux et dis‑lui, "suis‑moi", avec autorité. Puis retourne‑toi et sors de la classe en marchant avec assurance, sans regarder derrière. » J’ai testé son conseil sur un adolescent turbulent et, même si je doutais que cela fonctionne, j’ai vite remarqué qu’il me suivait à contrecoeur.

Un investissement sûr

J’étais assise sur le banc d’une boutique de cadeaux pendant que ma famille cherchait des souvenirs. Nous venions de monter près de 300 marches d’un escalier en colimaçon qui menait en haut d’un imposant monument. En m’appuyant contre le mur, mon regard s’est posé sur l’étalage le plus près de moi. Il était rempli de paquets de pièces de monnaie et de billets, des répliques de monnaies qui ne sont plus en circulation. La pièce de vingt‑cinq cents triangulaire m’a particulièrement intriguée. Sa seule ressemblance avec les pièces de monnaie courante était sa couleur. Je me suis mise à réfléchir à son inutilité sur le marché d’aujourd’hui.