Tag  |  vie-chretienne

Terminez en beauté

À la suite du décès de ma grand-mère, nos jumeaux de cinq ans nous ont interrogés, mon mari et moi, au sujet de la mort. Tout ce que j’ai pensé dire c’est qu’elle s’en est allée après avoir terminé son travail. C’est une idée simple, mais l’Écriture révèle que nous avons un certain nombre de jours pour terminer notre travail sur terre (Ps 39.4 ; 90.10,12).

Sur une base solide

Dans le film High Fidelity (Haute fidélité), un personnage nommé Rob Gordon gémit sur la passivité dont il a fait preuve par le passé. « Je pense qu’il était plus logique d’éviter de m’engager et ainsi rester ouvert aux possibilités , a-t-il dit, et ça, c’est du suicide, petit à petit. »

Sous la lumière

L’une des choses les plus difficiles à faire pour moi lorsque je me prépare le matin est de choisir mes chaussettes. Sont‑elles bleues ou noires ? Je suis daltonien et je ne peux faire la différence entre ces deux couleurs dans la pénombre du matin ! Ce que je fais habituellement c’est de les apporter dans la cuisine et de les comparer sous la lumière d’une ampoule lumineuse, ce qui m’aide à distinguer leur vraie couleur.

Le nom de Dieu

Une collègue a découvert qu’un site Internet utilisait son nom pour attirer des gens à un séminaire biblique. Mais on ne l’avait pas réellement invitée à être conférencière. Elle s’est aussitôt mise à enquêter sur l’affaire. Serait‑ce un vol d’identité ?

Suivre Jésus

Grand‑père était un directeur d’école primaire doux, mais ferme de Pretoria en Afrique du Sud. Durant ma dernière année en tant que stagiaire, il m’a confié quelques secrets du métier. Ses conseils sur la façon de sortir un élève perturbateur de la classe et de l’emmener dans un endroit isolé se sont avérés des plus utiles : « Regarde l’élève droit dans les yeux et dis‑lui, "suis‑moi", avec autorité. Puis retourne‑toi et sors de la classe en marchant avec assurance, sans regarder derrière. » J’ai testé son conseil sur un adolescent turbulent et, même si je doutais que cela fonctionne, j’ai vite remarqué qu’il me suivait à contrecoeur.

Un investissement sûr

J’étais assise sur le banc d’une boutique de cadeaux pendant que ma famille cherchait des souvenirs. Nous venions de monter près de 300 marches d’un escalier en colimaçon qui menait en haut d’un imposant monument. En m’appuyant contre le mur, mon regard s’est posé sur l’étalage le plus près de moi. Il était rempli de paquets de pièces de monnaie et de billets, des répliques de monnaies qui ne sont plus en circulation. La pièce de vingt‑cinq cents triangulaire m’a particulièrement intriguée. Sa seule ressemblance avec les pièces de monnaie courante était sa couleur. Je me suis mise à réfléchir à son inutilité sur le marché d’aujourd’hui.

Gloire et autorité

Jean a consigné pour nous deux événements qui se sont produits au début (probablement dans les premières semaines) du ministère public de Jésus. Il a accompli le premier de ses 35 miracles consignés durant un mariage à Cana. Il a changé de l’eau pure, utilisée pour le lavage cérémoniel, en du vin de qualité supérieure (Jn 2.1‑11). On nous offre bien plus qu’un Jésus au coeur tendre et compatissant qui aide un nouveau couple marié à sortir de l’embarras alors qu’il manquait de vin trop tôt. On nous offre un avant-goût de sa puissance transformatrice !

Fondement

La pièce était dans un état lamentable. Les bureaux semblaient avoir été déplacés sans soin, le sol était couvert de maïs soufflé et les tableaux affichaient un conglomérat d’oeuvres d’art abstrait. Ma salle de classe avait servi de salle de repos et de divertissement pour des acteurs d’âge primaire qui s’y rendaient entre les quelques scènes qu’ils jouaient dans une comédie musicale du lycée. Le rideau final était maintenant baissé, et je parcourais les dommages du regard avant de me mettre au travail en balayant et en nettoyant. Lorsque j’ai rabattu le grand tapis à l’avant de la salle, les mots écrits sur le dessous ont attiré mon attention.

LE LAISSER DERRIÈRE SOI

Pendant environ un an après que notre adolescent a obtenu son permis de conduire et s’est mis à utiliser un portefeuille, plusieurs personnes nous ont téléphoné pour nous informer qu’elles avaient trouvé son portefeuille quelque part. Nous avons donc conseillé à notre fils de se montrer plus prudent en évitant de le laisser derrière lui.

TROP TARD POUR CHANGER ?

Il existe dans de nombreuses langues des dictons illustrant la difficulté de se défaire d’habitudes bien ancrées. En français : « On n’apprend pas à un vieux singe à faire la grimace. » En anglais : « On n’enseigne pas de nouveaux trucs à un vieux chien. » En espagnol : « Le vieux perroquet ne saurait apprendre à parler. »