Tag  |  matthieu

Allez et faites-le connaître

Si vous n’avez pas grandi dans une famille chrétienne, il est peu probable que vous ayez donné votre vie à Dieu à la suite de l’écoute d’une prédication ou de la lecture d’un article de magazine. Il est plus concevable qu’un enfant de Dieu soit entré dans votre vie et vous ait fait découvrir la vérité.

VOIR À L'ENVERS

En Inde, j’ai adoré Dieu dans une léproserie. Les percées médicales en matière de traitement de la lèpre sont attribuables pour la plupart à des médecins missionnaires ayant accepté de vivre parmi des patients en risquant de contracter cette maladie redoutable. Résultat : des Églises grandissent dans la majorité des grands centres de traitement de la lèpre. Au Myanmar, j’ai visité des foyers pour orphelins sidéens, à qui des bénévoles chrétiens tentent de redonner l’affection parentale que le sida leur a volée. Les services religieux les plus édifiants à mon avis ont eu lieu au Chili et au Pérou, dans un pénitencier. C’est parmi les humbles, les misérables et les opprimés – les parias de notre monde – que le royaume de Dieu s’enracine.

Prier avec les autres

Au début de son ministère, Jésus s’est assis au pied d’une montagne et a offert l’un de ses sermons les plus mémorables et les plus vibrants (Mt 5.3–7.27). Il a couvert une multitude de sujets cette journée-là, y compris celui de la prière.

UN SANCTUAIRE

En entrant dans une église de Klang, en Malaisie, j’ai remarqué un panneau de bienvenue qui a piqué ma curiosité. Il indiquait que l’endroit était un sanctuaire pour ceux qui étaient fatigués et chargés.

Allez, soyez des modèles

Si vous croyez en Jésus, vous êtes appelé à être un modèle. Jésus fait de vous son ami (Jn 15.15), mais il fait aussi de vous le sel et la lumière du monde (Mt 5.13,14).

Se venger ou se contenir ?

Hakkul, un charmeur de serpents, a ouvert trois sacs de serpents dans un bureau du gouvernement. Plusieurs étaient entortillés entre eux. D’autres s’approchaient des employés qui soit avaient sauté sur leur bureau, soit s’étaient regroupés en attendant du secours. Hakkul était furieux, car les fonctionnaires n’avaient pas donné suite à sa demande de terrain pour abriter ses serpents. « J’ai attendu patiemment [2 ans], » leur dit-il, « je n’ai pas d’autre choix que de laisser tous mes serpents ici ».

DOUX JÉSUS

Charles Wesley (17071788) était un évangéliste méthodiste ayant écrit plus de 9 000 cantiques et poèmes sacrés. Certains, dont « Seigneur, que n’aije mille voix ! », sont de formidables cantiques de louange édifiants. Par contre, son poème intitulé « Gentle Jesus, Meek and Mild » (Doux Jésus, bon et humble), publié pour la première fois en 1742, représente la prière d’un petit enfant qui exprime en gros la nécessité pour nous tous de rechercher Dieu d’une foi sincère et simple : Bon Jésus, doux Agneau, entre tes tendres mains je suis ; fais de moi, mon Sauveur, ce que tu es, vis toimême dans mon cœur.

GARDER LES TÉNÈBRES LOIN

Dans le livre de J. R. R. Tolkien intitulé Le Hobbit , le magicien Gandalf explique pourquoi il a choisi de donner un petit hobbit comme Bilbo pour combattre l’ennemi au côté des nains. Il dit : « Saruman croit que seule une grande puissance peut dominer le mal, mais ce n’est pas ce que j’ai pu constater. J’ai pu voir que ce sont les petits gestes quotidiens des gens ordinaires qui gardent les ténèbres à distance. De petits gestes de bonté et d’amour » ( Traduction libre ).

Y A-T-IL LIEU D’ESPÉRER ?

Je me suis assise en silence près de la tombe de mon père, attendant que commence l’enterrement privé de ma mère en famille. Le directeur des funérailles a apporté l’urne cinéraire. J’avais le cœur en charpie et la tête embrumée. Comment vais-je bien pouvoir surmonter leur perte à tous les deux à seulement trois mois d’intervalle ? Dans mon deuil, j’éprouvais de la solitude et un peu de désespoir devant un avenir sans eux.

Déclancheurs

Je ne croyais pas que ce serait si difficile. Mais quand le technicien a posé la couverture plombée sur mes genoux, qu’il m’a tendu le casque d’écoute et a quitté la pièce, un sentiment d’incertitude m’a enveloppée aussi étroitement que la machine IRM dans laquelle j’étais couchée. Même si ma tête et mes épaules étaient en dehors du tunnel, je me sentais prise au piège. Mon esprit s’agitait, alors que je découvrais des désirs de fuite jamais éprouvés auparavant. Je fixais le compte à rebours placé sur la partie supérieure de la machine, me demandant si mon coeur et mon esprit allaient se calmer ou si d’une minute à l’autre, j’allais sauter hors de la machine, en pleine crise de panique.