Tag  |  grace

Faire preuve de grâce

Quand j’étais jeune, les membres de ma famille se fâchaient souvent après moi parce que je m’appropriais tout ce que je voulais. Si quelque chose avait disparu, la solution invariable était de « regarder dans la chambre de Gina », puisque je l’avais certainement chapardé. À la juste défense de leurs frustrations, ma brosse à cheveux se retrouve souvent dans la chambre de ma fille, mes ciseaux dans la boîte d’articles d’art de mon fils, et le chargeur de mon téléphone se retrouve aussi souvent dans les mains de mon mari que dans les miennes.

Une brebis perdue

Laura a fait monter dans une remorque un bouc et un mouton qu’elle avait empruntés pour les transporter jusqu’à l’église afin d’y répéter une scène de la nativité. Les animaux se sont donné des coups de tête et se sont pourchassés pendant un moment, puis ont fini par se calmer. Laura s’est alors mise en route vers l’église, s’arrêtant en premier à la station‑service.

Notre triomphe

J’ai amorcé l’année avec beaucoup d’enthousiasme. J’ai élaboré une stratégie pour amener le ministère de la jeunesse de mon Église à aimer Dieu et les gens, et j’en ai fait part à certains collègues, puis les choses se sont enclenchées ! Eh bien, six mois plus tard, j’ai fait une évaluation et j’ai constaté que nous avions fait très peu de progrès. Le découragement m’a couvert comme un nuage noir.

Mauvaises habitudes

Notre petite fille a toujours préféré dormir à plat ventre sans oreiller. Mais l’hiver dernier, elle a développé une maladie des sinus, et la seule façon d’arrêter sa toux pendant la nuit était de la coucher sur le côté la tête sur un oreiller. Ses six années à dormir à plat ventre sans oreiller sont devenues une habitude qui l’empêchait de rester dans cette position surélevée plus que quelques instants avant qu’elle ne se tortille et s’endorme sur le ventre.

Loi et grâce

Les élèves d’une école élémentaire chrétienne faisaient la queue devant une grande table pour prendre leur repas. Au bout de la table, il y avait une pile de pommes. Un enseignant avait placé une note sur le plateau de pomme : « Prenez‑en UNE seule. Dieu vous regarde. » À l’autre bout de la table, à côté d’un grand plateau rempli de biscuits aux pépites de chocolat, un étudiant futé avait placé cette note : « Prenez‑en tant que vous en voulez. Dieu surveille les pommes. »

Abondance

L’autre jour, j’ai emmené mon fils à une cage de frappeurs de baseball et j’ai payé pour 8 séries de 20 lancers. À notre surprise, lorsque le tour s’est terminé, les balles ont continué à venir. La machine fonctionnait mal, ce qui a eu pour résultat de livrer une abondance de lancers. Cela m’a rappelé la fois où la fille de 5 ans d’un ami s’est réveillée et a dit : « La nuit dernière, j’ai fait le plus beau des rêves. J’étais sur la plage et plus de jouets que je n’aurais jamais espéré posséder se sont échoués sur la plage pour moi ! »

La grâce seule

Imaginez‑vous partir en mission sans vos bagages. Pas de vêtements de rechange ! Oh ! et pas d’argent ou de carte de crédit non plus. Ne pensez même pas à acheter le strict nécessaire dont vous aurez besoin durant votre déplacement.

ALOURDI

La date du 10 août 1628 a marqué un jour sombre de l’histoire de la marine. Ce jour-là, le contre-torpilleur royal Vasa a pris la mer. Faisant la fierté de la marine suédoise, ce bâtiment richement décoré et muni de soixante-quatre canons, que l’on avait mis deux ans à construire, a coulé à peine à un mille de la terre. Que s’est-il passé ? Son tonnage était trop lourd pour lui permettre de rester à flot. Son poids excédentaire a emporté le Vasa au fond de l’océan.

RÉPONDEZ AU CRI

Lorsque mes petits-enfants étaient jeunes, mon fils les a emmenés voir la pièce de théâtre Le roi lion . Apeuré et laissé seul, Simba le lionceau se tenait près de son père, le roi Mufasa, que son méchant oncle venait de tuer, lorsqu’il s’est écrié : « À l’aide ! À l’aide ! À l’aide ! » À l’instant même, mon petit-fils de 3 ans s’est levé sur sa chaise dans la salle silencieuse et a crié : « Pourquoi personne l’aide pas ? »

Grâce immérité

Au début de ma marche avec le Seigneur, un ami m’a dit que, lorsque je comprendrais mieux à quel point je ne méritais pas la grâce de Jésus, je l’apprécierais davantage. Plusieurs années plus tard, je repense encore à son exhortation lorsque, à l’occasion, je cesse de reconnaître mes péchés et mon besoin désespéré d’un Sauveur et que je me demande si je n’aurais pas droit à un traitement spécial en raison de mes « bonnes oeuvres ».