Mot-clef  |  gloire-de-dieu

LORSQUE DIEU GARDE LE SILENCE

Je me plais à prendre en photo les couchers de soleil sur le lac Michigan. Certains arborent de subtiles nuances de pastel. D’autres déploient des traits hauts en couleur. Tantôt le soleil se couche doucement derrière le lac, tantôt il semble flamboyer de mille feux.

Chars et ordinateurs

Je fixais l’écran vide de mon ordinateur. Ce n’était pas une de ces pages blanches qui nous fait signe de la remplir de mots. C’était un écran totalement noir. J’ai secoué la souris, rien. J’ai enlevé la pile et laissé le cordon d’alimentation branché et j’ai tenté de le redémarrer. Toujours rien. Finalement, l’écran a repris vie dans un clignotement. Je pouvais maintenant me remettre au travail. Enfin, c’est ce que je croyais. Mais l’écran s’est assombri à nouveau, me confirmant que j’allais devoir me procurer un nouvel appareil très bientôt.

NOËL UKRAINIEN

Les Ukrainiens incluent de nombreux éléments merveilleux dans leur observance de Noël. On place parfois des fétus de paille sur la table du soir pour rappeler l’étable de Bethléhem. Une autre partie de leurs célébrations évoque les événements qui se sont déroulés la nuit où le Sauveur est entré dans le monde. Ils offrent une prière de Noël, puis le père de famille déclare : « Christ est né ! » La famille lui répond alors : « Glorifions-le donc ! »

UNE LEÇON DE LOUANGE

Le Psaume 150 n’est pas uniquement une superbe expression de louanges, c’est aussi une leçon enseignant à louer le Seigneur. Il nous révèle où le louer, pourquoi le louer, comment le louer et qui devrait le louer.

La gloire de Jésus

Les réceptions de mariage. Je ne m’oppose pas à y assister, mais, en toute honnêteté, si je peux les éviter, je ne m’en plaindrai pas. (Remarquez que cela ne s’applique pas au mariage de mes filles !)

Le petit peuple

Ils se sont assemblés sur l’herbe, montant sur les pentes pour mieux l’entendre. Le Maître se tenait là, sur la montagne, croisant le regard du plus grand nombre possible.

PLUS DE LUI, MOINS DE MOI

Quand j’étais pasteur d’une Église, au début de mon ministère, ma fille Libby m’a demandé : « Papa, sommesnous célèbres ? » À cela, j’ai répondu : « Non, Libby, nous ne le sommes pas. » Après avoir réfléchi un instant, elle m’a dit d’un ton plutôt indigné : « Eh bien, nous le serions si plus de gens nous connaissaient ! »

SANS BRONCHER

Par cet aprèsmidi chaud, la circulation était pénible et tout le monde était à cran. J’ai alors remarqué que deux jeunes hommes en voiture attendaient d’entrer dans la circulation à la sortie d’un restaurantminute. J’ai trouvé gentil que le conducteur qui me précédait leur cède le passage.

GARDER LES TÉNÈBRES LOIN

Dans le livre de J. R. R. Tolkien intitulé Le Hobbit , le magicien Gandalf explique pourquoi il a choisi de donner un petit hobbit comme Bilbo pour combattre l’ennemi au côté des nains. Il dit : « Saruman croit que seule une grande puissance peut dominer le mal, mais ce n’est pas ce que j’ai pu constater. J’ai pu voir que ce sont les petits gestes quotidiens des gens ordinaires qui gardent les ténèbres à distance. De petits gestes de bonté et d’amour » ( Traduction libre ).

LA PARABOLE DE LA PIQÛRE

Je me rappelle encore l’air choqué de Jay Elliott lorsque, il y a près de cinquante ans, je suis entré chez lui en coup de vent par la porte avant poursuivi par un essaim d’abeilles. En ressortant aussitôt par la porte arrière, j’ai constaté que j’avais semé les abeilles… dans la maison de Jay ! Peu après, celui-ci en est sorti à son tour au pas de course par la porte arrière, avec à ses trousses l’essaim que je lui avais apporté.