Mot-clef  |  exode

Loin de chez soi

Le jour où j’ai obtenu mon diplôme de l’université, ma soeur était en voyage avec sa classe de lycée dans le même État où je me trouvais. Elle voulait célébrer avec moi et, par bonheur, un chaperon était prêt à la conduire à mon école qui se trouvait à 6 heures et demie au nord. Mais lorsqu’ils ont quitté l’hôtel, ils se sont dirigés vers le sud. Évidemment, aucun des deux n’avait un bon sens de l’orientation. Ce n’est que quelques heures plus tard (après être entrée dans une zone pittoresque très au sud de l’État) qu’ils se sont rendu compte que quelque chose clochait.

Faites le plein

Lorsque je suis en Ouganda, je conduis un camion diesel. Je crois donc être en mesure d’utiliser adéquatement la camionnette diesel que le copain de ma soeur me prête durant mon séjour aux États-Unis. Mais j’ai fait une grave erreur : j’ai rempli le réservoir d’essence au lieu de diesel.

L'envol

Dans l’histoire d’un héros peu crédible, J. R. R. Tolkien dépeint une image frappante d’une délivrance prescrite et inattendue. Cerné par des loups et des gobelins, Bilbo croyait que tout était fini. Avec ses amis, il était emprisonné entre les arbres qui ont vite été embrasés par le feu des gobelins. Gandalf grimpa sur la plus haute branche et disparut. Offrant une merveilleuse vision de la délivrance opportune de Dieu ; des aigles immenses surgirent pour sauver le groupe de voyageurs et les mener en lieu sûr. Pris de vertige, Bilbo détesta le voyage.

Sculpter une souche

Un matin, j’ai vu un homme abattre un arbre avec une scie à chaîne en face de bâtiments d’exploitation locaux. Il était toujours là en après-midi, s’acharnant sur la souche en inclinant sa scie de façon inhabituelle. Quelques jours plus tard, je suis passée près de la souche qui avait maintenant l’aspect d’un épi de maïs. L’homme n’avait pas simplement abattu l’arbre, il avait sculpté des rangées de grains que l’on apercevait entre les feuilles de l’épi, l’emblème agricole du Midwest des États-Unis.

L'un devant l'autre

Avant de me marier avec Miska, j’avais le sentiment que je devais répondre oui à cette question : Pourrais-je vivre sans elle ? Mes intentions étaient romantiques et chevaleresques, mais ma question était mal orientée. J’ai réalisé qu’il n’existe probablement personne sans qui je ne peux vivre. Avec le temps, je me suis trouvé une meilleure question à laquelle répondre : Est-ce que je veux vivre sans Miska ?

Dans la présence de Dieu

Lors de l’opération Iraqi Freedom en 2003, l’aumônier Cary Cash a servi dans le premier bataillon américain, cinquième régiment de la Marine, et était un jour en route pour Bagdad. Après que le régiment eut sécurisé le palais présidentiel de Saddam Hussein, un jeune marine, à qui Cash avait témoigné, s’est agenouillé et a reçu Jésus comme Sauveur. Plus tard, l’aumônier a baptisé le jeune homme dans le sanctuaire à l’intérieur du palais. Dans son livre A Table in the Presence (Une table en sa présence), Cash a écrit : « Un endroit connu pour la présence de ténèbres et de la traîtrise est devenu un endroit rempli de la présence de Dieu, une table dans sa présence. »

DES TOMATES GRATUITES

En mettant les sacs d’épicerie dans le coffre de ma voiture, j’ai jeté un coup d’œil à celle d’à côté. Par la vitre arrière, j’y ai vu des paniers remplis de tomates bien mûres – reluisantes, pulpeuses et plus belles que celles du marché. Lorsque la propriétaire du véhicule est apparue peu après, je lui ai dit : « Quelles superbes tomates vous avez là ! » Elle m’a répondu : « La récolte a été bonne cette année. Aimeriez-vous en avoir quelques-unes ? » Surprise par sa générosité, j’ai accepté avec plaisir. Elle m’en a donné plusieurs, qui se sont révélées être aussi bonnes au goût que belles à voir !

HORS DU CHAOS

Tout ce que j’observe me pousse à croire à la véracité d’un certain fait : l’ordre n’est pas naturel. Quand je considère mon bureau, je m’étonne de la rapidité avec laquelle il sombre dans le chaos et de tout le temps qu’il me faut pour le ranger. L’ordre exige une intervention ; il ne se produit pas naturellement.

LEVER DU SOLEIL

Ce matin, le lever du soleil était magnifique, mais j’étais trop pris pour le savourer. Je m’en suis donc détourné pour m’intéresser à autre chose. Or, en repensant à ce lever du soleil, il y a quelques instants, je me suis rendu compte que j’avais manqué une occasion d’adorer Dieu ce matin.

« COUCHE-TOI ! »

Notre golden retriever est parfois surexcité au point d’en faire une crise. Pour le lui éviter, nous tentons de le calmer. Nous le caressons, nous lui parlons d’une voix apaisante et nous lui demandons de se coucher. Par contre, en entendant « Couche-toi ! » il évite de nous regarder dans les yeux et se met à gémir. Pour terminer, dans un soupir de résignation théâtral, il renonce à avoir gain de cause et se laisse tomber par terre.