Tag  |  evangelisation

X Prize

La Fondation X Prize tente de résoudre les problèmes mondiaux en offrant un prix d’argent à l’équipe qui est la première à découvrir quelque solution. Parmi les équipes gagnantes, certaines ont construit un vaisseau spatial pouvant voler au‑delà de l’atmosphère de la Terre deux fois en deux semaines, et des voitures qui peuvent parcourir 42.5 kilomètres par litre d’essence. D’autres équipes tentent d’envoyer un robot sur la Lune, de construire une machine qui peut rapidement séquencer le génome de chaque personne, ou de créer un appareil portatif qui permet de diagnostiquer l’état d’un patient. Ces objectifs seront fort probablement atteints puisque les gens travailleront fort pour 10 millions de dollars.

Évangéliste à boîte de pizza

Ma femme et moi étions au centre‑ville et cherchions à entamer des conversations spirituelles avec les gens que nous rencontrions. Nous avons croisé un sans‑abri de 23 ans, et lui avons annoncé la bonne nouvelle en utilisant une méthode appelée La grande histoire. Il s’agit d’expliquer l’histoire de Dieu et le plan du salut en dessinant des cercles. Il y avait une boîte de pizza au pied du jeune homme alors assis sur un banc public. J’ai donc dessiné sur cette boîte en lui annonçant la bonne nouvelle. Dieu a parlé à son coeur et il a reçu Jésus comme son Sauveur ! De plus, nous l’avons aperçu plus tard en train d’expliquer les cercles sur la boîte à un autre homme qui l’avait rejoint sur son banc. Peu de temps après, le nouveau croyant en Jésus les expliquait à une autre personne.

JE SUIS RACHETÉ !

Un jour qu’Ann rendait visite à son mari à l’hôpital, elle s’est mise à discuter avec un soignant de service. Ann se plaît à engager la conversation avec des gens partout où elle est et à trouver le moyen de leur parler de Jésus. Ann a demandé au soignant s’il savait ce qu’il désirait faire à l’avenir. En l’entendant lui répondre qu’il n’était pas certain de le savoir, elle lui a indiqué qu’il importait de connaître d’abord Dieu pour que celui-ci nous aide à prendre de telles décisions. C’est alors qu’il a relevé sa manche de chemise pour lui montrer qu’il s’était fait tatouer « I am redeemed ! » (Je suis racheté !) sur le bras.

DIEU MURMURE « POISSON »

Il y a un certain nombre d’années, nos fils et moi avons savouré quelques journées ensemble à dériver et à pêcher sur la rivière Madison, au Montana, avec deux guides de pêche nous servant aussi de navigateurs.

GOURDE À BOIRE

Avant la Guerre de Sécession (1861-1865), des esclaves en fuite ont trouvé la liberté en suivant le « chemin de fer clandestin », terme que l’on a donné aux routes secrètes les ayant menés du sud au nord et aux abolitionnistes qui leur venaient en aide. Les esclaves parcouraient de nombreux kilomètres durant la nuit, en suivant la lumière de la « Gourde à boire » pour rester sur la bonne voie. Il s’agissait d’un nom de code pour décrire le groupe d’étoiles connu sous le nom de Grande Ourse, qui pointe vers l’étoile du Nord. Certains croient que les fugitifs se sont également servis de directives encodées dans les paroles de la chanson « Follow the Drinking Gourd » (Suivez la Gourde à boire) pour éviter de se perdre en chemin.

Allez et faites-le connaître

Si vous n’avez pas grandi dans une famille chrétienne, il est peu probable que vous ayez donné votre vie à Dieu à la suite de l’écoute d’une prédication ou de la lecture d’un article de magazine. Il est plus concevable qu’un enfant de Dieu soit entré dans votre vie et vous ait fait découvrir la vérité.

Annoncer la vie

La petite île de Crète était un lieu turbulent. Enfoncée dans le prestige et l’hédonisme jusqu’au cou, elle était l’endroit où les riches allaient s’amuser. Les slogans touristiques du premier siècle auraient probablement ressemblé à ceux de Sin City (Las Vegas, Nevada) : « Ce qui se passe en Crète… reste en Crète. » L’apôtre Paul rapporte les paroles d’un Crétois, disant que la population est formée de « menteurs, méchantes bêtes, ventres paresseux » (Tit 1.12).

NOUVEAU DÉPART

Dans bon nombre de pays, les lois régissant la santé interdisent que l’on revende ou réutilise de vieux matelas. Seules les décharges publiques les accepteront. Tim Keenan s’est attaqué au problème. Son entreprise emploie aujourd’hui une douzaine de personnes, chargées d’extraire des vieux matelas les composantes de métal, de tissu et de mousse à envoyer au recyclage. Cette histoire ne s’arrête toutefois pas là. Le journaliste Bill Vogrin a écrit : « De tout ce que Keenan recycle […] ce sont peut-être les gens qui constituent sa plus grande réussite » ( The Gazette , Colorado Springs). Keenan engage des hommes en maison de transition et dans les refuges pour S.D.F., leur donnant un emploi et un nouveau départ. Il dit : « Nous prenons des gars dont personne d’autre ne veut. »

AIMER RACONTER SON HISTOIRE

Lorsque l’auteur Studs Terkel cherchait un sujet pour son prochain livre, un de ses amis lui a suggéré « la mort ». Même s’il s’y est opposé au début, l’idée a commencé à faire son chemin, mais elle s’est concrétisée brusquement lorsque la femme de M. Terkel depuis 60 ans est décédée. Son livre s’est alors transformé en une quête personnelle : le désir ardent de savoir ce qui nous attend de l’autre côté, où sa bien-aimée venait de se rendre. Ses pages nous rappellent avec émotion notre propre recherche de Jésus, ainsi que les questions et les préoccupations que nous entretenons au sujet de l’éternité au fil de notre parcours de foi.

DES BULLETINS AMBULANTS

Le premier contact que Pete Peterson a eu avec le Vietnam s’est produit durant la guerre. Lors d’un bombardement survenu en 1966, son avion s’y est fait abattre et il s’y est fait capturer. Plus de trente ans après, il est retourné là-bas à titre d’ambassadeur des États-Unis. Dans un certain article de presse, on disait de lui qu’il était « un panneau de réconciliation ambulant ». Ayant bien compris depuis longtemps que Dieu ne lui avait pas sauvé la vie pour qu’il vive dans la colère, il a employé le reste de ses jours et son rang social pour mieux protéger les enfants vietnamiens en insistant pour que l’on crée de meilleures normes de sécurité à cette fin.