Tag  |  colossiens

Reprendre gentiment

À la fin d’une conférence s’étant tenue à Nairobi, au Kenya, notre groupe s’est rendu du palais des congrès à la pension afin de se préparer à son vol de retour du lendemain matin. À notre arrivée, une femme de notre groupe nous a signalé qu’elle avait oublié ses bagages au palais des congrès. Après qu’elle est partie les récupérer, le chef de notre groupe (toujours soucieux des détails) l’a vertement critiquée devant nous en son absence.

Le conseiller imagiste

À notre époque saturée par les médias, les conseillers imagistes sont devenus indispensables. Les artistes, les athlètes, les politiciens et les chefs d’entreprise semblent vouloir désespérément gérer la façon dont le monde les perçoit. Ces conseillers très bien rémunérés travaillent à façonner la perception que les gens ont de leurs clients – même s’il existe parfois un ontraste frappant entre l’image publique d’une personne et ce que celle‑ci est réellement.

Faire mourir et revêtir

Bien que ce soit mon travail d’être acteur, j’ai donné ma vie à Dieu. Je suis très à l’aise et ferme à ce sujet, mais je dois quand même faire partie de cette émission de télévision. C’est la comédie la plus populaire du petit écran, mais ses thèmes sont très déplacés. Je dois être cette personne que je ne suis pas.

UN CONTEUR

Durant les années qui ont suivi la guerre de Sécession (1861-1865), Lew Wallace, alors major général de l’Union, était gouverneur des territoires du Nouveau-Mexique, un État que les Américains n’avaient pas encore admis dans la Confédération. Le travail qu’il a accompli à cette époque l’a amené à côtoyer de nombreux personnages de l’histoire presque mythique du Far West, y compris Billy the Kid et le sheriff Pat Garrett. C’est là que Wallace a écrit ce que certains ont appelé « le livre chrétien le plus influent » du XIXe siècle : BenHur : A Tale of the Christ (Ben-Hur : un récit du Christ).

AMERTUME TENACE

Durant la Seconde Guerre mondiale, la famille de Corrie ten Boom était propriétaire d’une boutique d’horlogerie aux PaysBas et travaillait activement à protéger les familles juives. Toute la famille ten Boon a fini par être envoyée dans un camp de concentration, où le père de Corrie est mort dix jours plus tard. Betsie, sa sœur, y est morte elle aussi. Tandis que Betsie et Corrie étaient ensemble dans ce camp, la foi de Betsie a contribué à fortifier celle de Corrie.

Chauffer à feu doux

Quelle ironie que le célèbre chef Gordon Ramsay atteigne le point d’ébullition en un rien de temps. Si quelqu’un ne suit pas ses sages conseils sur l’utilisation de la sauge ou de la coriandre, il devient dingue. Ses emportements à l’émission Ramsay’s Kitchen Nightmares (Cauchemars en cuisine) sont légendaires. Les « assaisonnements » que Paul décrit dans Colossiens 3 seraient fort bénéfiques à Gordon.

La vraie humanité (encore)

L’année dernière, au sommet international de Doha, capitale du Qatar, où se réunissaient des puissances de la planète, les dirigeants mondiaux ont lancé le projet Educate A Child (instruire un enfant). Le projet vise à nouer des relations entre les nations, à nous amener à reconnaître que nous partageons tous la même humanité et à intervenir pour ceux qui sont exposés au danger. Selon les initiateurs du projet, subventionner la formation des enfants nous mènera à un monde plus pacifique.

En cours

Après 18 ans de mariage, je croyais savoir comment bien m’y prendre pour aimer mon mari. Les épreuves, les enfants et la main de Dieu ont apporté des changements considérables dans notre relation et cela, d’innombrables façons. Le Seigneur a suscité en moi un désir qui interrompait sans cesse mes activités quotidiennes, celui de consulter un livre particulier traitant de l’amour. Lorsque j’ai aperçu le livre lors de sa première mise en marché, je savais qu’il allait être une excellente ressource pour les autres. Maintenant, Dieu m’appelait à mettre ma fierté de côté et de non seulement voir ce qu’il avait déjà accompli dans ma vie, mais ce qu’il désirait encore y accomplir.

Identité véritable

L’année dernière, Peter Chiarelli, un général quatre étoiles et le deuxième officier le plus haut gradé de l’armée américaine, assistait à un souper à Washington, DC. Valerie Jarret, conseillère à la présidence, était assise à une table lorsque Chiarelli est passé derrière elle. Il portait un uniforme dont le pantalon, arborant une rayure sur le côté, était semblable à ceux du personnel de service. N’ayant aperçu que ses pantalons avec la rayure, Valerie a demandé à Chiarelli de lui apporter à boire. Sans tarder, le général a pris en note sa commande et est revenu avec son verre. S’étant aperçue de son erreur, elle était morte de honte, mais Chiarelli en a fait peu de cas. Il l’a même invitée à un souper chez lui avec sa famille.

Honteux et dépouillés

L’aumônier de l’hôpital, Matt Marino, a reçu un appel de la chambre d’un patient. Il s’attendait à voir une personne à l’agonie, effrayée, ou en train de s’accrocher désespérément à la vie. Surpris, il s’est plutôt retrouvé devant une « femme de 23 ans d’une beauté saisissante, assise joyeusement sur son lit d’hôpital, tenant sa fille dans ses bras et bavardant avec sa famille et ses amis ». Confus, Matt a demandé calmement pourquoi on l’avait appelé.