Tag  |  assurance

Accès auprès de Dieu

La technologie est une bénédiction sous des formes variées. Besoin d’une information au sujet d’un problème de santé ? Il suffit d’aller sur Internet pour obtenir immédiatement une liste d’options qui serviront à orienter vos recherches. Besoin d’entrer en communication avec un ami ? Il suffit de lui envoyer un texto, un courriel ou un mot sur Facebook. Néanmoins, la technologie peut parfois s’avérer contrariante. L’autre jour, je devais accéder à des renseignements relatifs à mon compte de banque et l’on m’a posé toute une suite de questions de sécurité. Incapable de me remémorer les réponses exactes, je n’ai pu accéder à mon propre compte. Ou encore, réfléchissez aux fois où une conversation importante a été interrompue à cause d’une pile de téléphone cellulaire à plat sans que vous ayez pu la reprendre avant d’avoir trouvé une prise dans laquelle le brancher.

Regards bien dirigés

J’accorde beaucoup d’importance à l’excellence, et je dois même lutter contre le perfectionnisme de temps en temps. Mais il m’arrive de préférer la vitesse à la précision. La preuve, il y a tout plein de petits trous derrière les photos accrochées à mes murs. Il n’est donc pas surprenant de voir des photos tomber de temps à autre. Après tout, je ne peux pas m’attendre à grand‑chose d’une technique qui s’appuie sur une brosse à cheveux en guise de marteau, et sur un bon oeil au lieu d’un ruban à mesurer. Mes tentatives paraissaient simplement plus rapides que la précision de mesure.

LE POUVOIR DE SURVIVRE

Enfant, j’avais un punching-bag de plastique gonflable, presque aussi haut que moi, qui arborait un visage peint. Mon défi consistait à le frapper assez solidement pour qu’il reste au tapis, mais j’avais beau m’y exercer de toutes mes forces, il revenait toujours immédiatement à la verticale. Son secret ? Il avait au bas une masse de plomb qui le gardait toujours debout. Les voiliers fonctionnent selon le même principe. La masse de plomb de leur gouvernail permet au lest de les garder en équilibre et debout dans de forts vents.

FOURMIS EN QUÊTE D’UN DOMICILE

Selon des chercheurs de l’Université de Bristol, il se pourrait que la temnothorax rugatulus réussisse mieux que nous dans l’immobilier. Les chercheurs ont découvert que ces fourmis européennes se servaient d’éclaireurs pour vérifier continuellement les conditions de vie de leur colonie. En employant des aptitudes sociales assez complexes pour étonner les scientifiques, ces fourmis travaillent ensemble pour trouver le bon milieu de vie, obscur et sûr, où leur reine et ses larves seront le mieux.

DEMANDEZ-LE À L’AUTEUR

Au fil des ans, j’ai fait partie de divers clubs littéraires. En général, plusieurs de mes amis et moi lisons un livre, puis nous nous réunissons pour discuter des idées que son auteur y a avancées. Chaque fois, quelqu’un soulève inévitablement une question à laquelle aucun de nous ne peut répondre. C’est alors qu’une personne déclare : « Si seulement on pouvait le demander à l’auteur. » Or, à New York, il existe une nouvelle tendance : rendre la chose possible. Certains auteurs s’offrent pour rencontrer des clubs littéraires, moyennant une jolie somme.

Une foi qui s’amenuise

En Indonésie, des scientifiques ont découvert les restes d’un ancien peuple dont les membres, au fil des ans, ont rétréci dû à ce qu’ils appellent le « nanisme insulaire ». Les chercheurs les ont surnommés hobbit. Bien que les hobbits soient des créatures fictives, nous sommes naturellement curieux de découvrir ce qui a causé le rétrécissement de ces êtres humains.

BIEN AU CHAUD

Lorsque j’étais enfant, ma famille vivait dans une maison que mon père avait bâtie dans une forêt de cèdres située à l’ouest de Duncanville, au Texas. Notre maison comportait une petite aire de cuisine, deux chambres à coucher et une grande salle munie d’un imposant foyer de pierres dans lequel nous brûlions des bûches longues de plus d’un demimètre. Ce foyer constituait le cœur chaleureux de notre maison.

DANS QUEL CAMP ÊTES-VOUS ?

Au cœur de la guerre de Sécession, un des conseillers du président Lincoln a déclaré qu’il était reconnaissant de ce que Dieu prenait le parti de l’Union. Ce à quoi Lincoln a répondu : « Monsieur, ce qui m’intéresse, ce n’est pas de savoir si Dieu est dans notre camp ; ma plus grande préoccupation, c’est d’être dans celui de Dieu, car Dieu a toujours raison. »

CONTRER UNE ACCOUTUMANCE

Éric combattait une accoutumance, et il le savait. Ses amis et sa famille l’incitaient à y mettre fin. Il reconnaissait que ce serait préférable pour sa santé et ses relations, mais il s’en sentait incapable. Lorsque d’autres personnes lui racontaient comment elles étaient parvenues à se défaire de leurs mauvaises habitudes, il leur répondait : « J’en suis heureux pour vous, mais je semble en être incapable ! J’aurais aimé ne jamais avoir été tenté pour commencer. Je veux que Dieu m’enlève ce désir dès maintenant. »

SANS LES MAINS !

Je me rappelle avoir joué à un jeu consistant à tenter d’attraper avec mes dents des pommes flottant sur l’eau, en ayant les mains liées dans le dos. L’expérience s’est avérée frustrante. Ce jeu me rappelle l’importance capitale de nos mains. En effet, on mange avec elles, on salue les gens avec elles et l’on s’en sert pour faire presque tout ce dont l’existence dépend.