Tag  |  actes

UNE PERSPECTIVE MODIFIÉE

Matinale, ma femme aime savourer des instants de tranquillité avant que la maisonnée se réveille, et profite du silence pour lire la Bible et prier. Dernièrement, elle s’est installée dans son fauteuil préféré et a découvert le canapé que « quelqu’un » y ayant regardé un match de football avait laissé plutôt en désordre la veille au soir. Ce désordre l’a distraite au début, et la contrariété qu’elle éprouvait à mon égard a altéré la douceur de ces instants.

Étoffe de héros

L’adaptation cinématographique du livre Le Hobbit de J. R. R. Tolkien raconte l’histoire d’un groupe de nains qui cherchent à reprendre possession de leur royaume de la montagne gardé par un terrible dragon.

L’honnêteté est requise

Leur péché a ruiné un grand moment. Telle une bagarre lors d’un mariage ou une dispute lors d’une fête de bureau, leurs agissements égoïstes ont interrompu la fête. Les membres de la nouvelle Église formaient une communauté débordante d’amour. « La multitude de ceux qui avaient cru n’était qu’un coeur et qu’une âme. » « [Tous] ceux qui possédaient des champs ou des maisons les vendaient, apportaient le prix de ce qu’ils avaient vendu, et le déposaient aux pieds des apôtres ; et l’on faisait des distributions à chacun selon qu’il en avait besoin » (Ac 4.32‑35).

L'exemple d'Eutychus

Je dois admettre que j’ai eu du mal à rester éveillé. Le conférencier a radoté de sa voix monotone pendant 45 minutes. Selon le plan, il n’était même pas à mi-chemin du sermon ! « Ce n’est pas ma faute si je m’endors », dis-je tout bas à ma femme. « Ne fais pas ton Eutychus ! » me répond-elle alors qu’elle me pique avec son stylo.

Saluer à trois doigts

Savez-vous comment saluer à « trois doigts » ? C’est très simple. Vous levez la main et vous joignez votre petit doigt à votre pouce. Les trois autres doigts représentent le Père, le Fils et le Saint-Esprit. On peut utiliser ce signe pour entrer en contact avec d’autres chrétiens « lorsque la communion fraternelle verbale n’est pas possible » a dit le créateur du signe, Mark Mitchum. Il espère que ce signal permettra [aux chrétiens] de tisser des liens entre eux l’instant de quelques secondes, et favorisera la fraternisation et les encouragements.

Le petit peuple

Ils se sont assemblés sur l’herbe, montant sur les pentes pour mieux l’entendre. Le Maître se tenait là, sur la montagne, croisant le regard du plus grand nombre possible.

PLUS QU’UNE ATTENTE

J’ignore comment les choses se font par chez vous, mais lorsque je dois téléphoner à quelqu’un pour qu’il vienne réparer un de mes appareils, l’entreprise me répond quelque chose comme : « Le réparateur se présentera chez vous entre 13 h et 17 h. » Comme j’ignore quand le réparateur sera là, tout ce que je peux faire, c’est l’attendre.

Crier pour réduire au silence

Lors d’un grand débat politique l’an dernier, un homme ne cessait de crier ses réponses, de parler en même temps que les autres candidats et de rire lorsque ses adversaires lui répondaient. Pourquoi agissait-il ainsi ? Il cherchait à réduire les autres au silence avec son boucan.

UNE PLUIE VIVIFIANTE

Durant les grandes chaleurs du mois d’août 1891, R. G. Dyrenforth est arrivé à Midland, Texas, déterminé à faire tomber la pluie. Connu en tant que « faiseur de pluie », lui et son équipe ont lancé et fait éclater d’immenses ballons remplis de gaz explosif, déchargé des canons et fait exploser des piles de bâtons de dynamite au sol – faisant trembler la terre et le ciel. Certains ont cru qu’il était parvenu à faire pleuvoir un peu, mais la plupart ont dit que tout ce qu’il avait fait, c’était du bruit. La puissance explosive était impressionnante, mais inefficace.

COURAGEUX ET COHÉRENT

En lisant la notice nécrologique d’Eugene Patterson, qui a été éditeur de The Atlanta Journal-Constitution de 1960 à 1968 et lauréat du prix Pulitzer, j’ai constaté deux choses frappantes. Pendant plusieurs années, Patterson a prêté sa voix à la défense farouche des droits de la personne à une époque où beaucoup de gens s’opposaient à l’égalité raciale. De plus, il a écrit une chronique chaque jour pendant huit ans, ce qui représente 2 922 rubriques ! Jour après jour, année après année. Son courage et sa constance ont compté parmi les facteurs d’influence les plus marquants de sa vie.