Our Authors

View All

Articles by David McCasland

Rien ne lui est caché

En 2015, une société de recherche internationale a affirmé qu’il y avait 245 millions de caméras de surveillance installées dans le monde entier et que ce nombre croissait de 15 % chaque année. Sans compter que plusieurs millions de gens prennent chaque jour des photos avec leur téléphone intelligent : des fêtes d’anniversaire aux cambriolages de banque. Que nous accueillions favorablement cette sécurité accrue ou la dénoncions comme une atteinte à notre vie privée, reste que nous vivons dans une société mondialisée filmée sous toutes ses coutures.

Le cadeau parfait

Aux États‑Unis, les semaines qui suivent Noël sont les plus occupées de l’année en raison des retours de marchandises, car beaucoup de gens vont dans les magasins y troquer des cadeaux non voulus contre ce qu’ils désirent réellement. Pourtant, vous devez connaître quelques personnes qui semblent avoir le don de toujours offrir le cadeau parfait. Comment font‑ils pour savoir exactement ce qui a du prix aux yeux de l’autre ou ce qui convient à chaque occasion ? L’argent n’a rien à voir dans le succès d’un cadeau ; ce sont l’écoute et l’intérêt que nous portons à la personne qui nous permettent de découvrir ce qui lui plaira le plus.

La joie pour tous

Le dernier jour d’un congrès du monde de l’édition chrétienne se tenant à Singapour, 280 participants provenant de 50 pays différents se sont réunis sur la place extérieure d’un hôtel pour une photo de groupe. Juché sur un balcon du premier étage, le photographe nous a pris en photo sous divers angles avant de finir par déclarer : « C’est fait. » Une voix dans la foule a alors crié de soulagement : « Well, Joy to the world ! » (Alors monde, réjouis‑toi !) Immédiatement, quelqu’un a enchaîné en chantant : « The Lord is come » (Le Seigneur est venu). D’autres se sont joints à eux, et tout le groupe a vite entonné ce cantique bien connu dans une merveilleuse harmonie. Je n’oublierai jamais cette scène émouvante d’unité et de joie.

Noël en captivité

Le révérend Martin Niemöller, un éminent pasteur allemand, a passé près de huit ans dans des camps de concentration nazis pour s’être ouvertement opposé à Hitler. Or, la veille de Noël 1944, Niemöller a prononcé les paroles d’espoir suivantes à ses compagnons de captivité à Dachau : « Chers amis, ce Noël… cherchons chez l’Enfant de Bethléhem qui est venu jusqu’à nous pour nous aider à porter tout ce qui nous accable. […] Dieu a lui‑même bâti un pont entre nous et lui ! Une aube céleste est descendue nous baigner de lumière ! »

Annoncer la paix !

Les actualités internationales nous bombardent via Internet, la télévision, la radio et les appareils mobiles, décrivant le plus souvent ce qui ne va pas – crime, terrorisme, guerre et difficultés économiques. Par contre, de bonnes nouvelles envahissent parfois les heures sombres du désespoir – l’histoire de gestes altruistes, une percée médicale ou des pas vers la paix dans des endroits ravagés par la guerre.

Le don d’encourager

Une vieille chanson de Merle Haggard, « If We Make It Through December » (Si nous survivons au mois de décembre), raconte l’histoire d’un ouvrier d’usine qui, ayant été mis à pied, n’a pas de quoi acheter de cadeau de Noël à sa fillette. Bien que le mois de décembre soit censé être une période joyeuse de l’année, sa vie semble être sombre et froide.

La vue à distance de 460 km

Ma perspective de la terre a changé du tout au tout la première fois que je suis allé dans l’espace », a déclaré l’astronaute Charles Frank Bolden Jr, de la navette spatiale américaine. À distance de 460 km de la Terre, tout y semblait paisible et magnifique. Après avoir survolé le Moyen‑Orient, Bolden s’est toutefois rappelé s’être senti « brusquement ramené à la réalité » par le souvenir du conflit qui ne cessait de ravager cette région du monde. Lors d’une entrevue accordée au cinéaste Jared Leto, Bolden a dit avoir alors vu la Terre telle qu’à son avis elle devrait être, puis s’être senti poussé à faire tout en son pouvoir afin d’améliorer le sort du monde.

Je suis riche !

Avez‑vous vu la publicité télévisée où quelqu’un répond à la porte et une personne lui tend un chèque au montant astronomique. Puis l’heureux gagnant se met à crier, à danser, à sauter et à serrer son visiteur dans ses bras : « J’ai gagné ! Je suis riche ! Je n’en reviens pas ! Mes problèmes sont résolus ! » Faire fortune d’un coup suscite une réaction très émotionnelle.

Non‑envoi

Vous est‑il déjà arrivé d’envoyer un courriel pour vous rendre compte soudain que vous l’aviez destiné à la mauvaise personne ou qu’il contenait des propos durs et blessants ? Si seulement on pouvait arrêter son envoi d’un simple clic de souris. Eh bien, on le peut désormais. Plusieurs entreprises offrent maintenant une option qui nous accorde un court laps de temps avant d’envoyer un courriel depuis notre ordinateur. Ensuite, le courriel se change en parole exprimée et que l’on ne peut donc plus reprendre. Au lieu d’y voir une panacée, l’option « non‑envoi » devrait nous rappeler qu’il est primordial de mettre une garde à nos lèvres.

Le douzième Homme

Sur un grand panneau du stade de football de la Texas A&M University, on peut lire : « HOME OF THE 12TH MAN » (Maison du 12e Homme). Bien que chaque équipe n’ait que onze joueurs sur le terrain, le 12e Homme représente les milliers d’étudiants de l’A&M qui restent debout à encourager leur équipe pendant tout le match. Cette tradition remonte à 1922, lorsque l’entraîneur d’alors a demandé à un étudiant assis dans les gradins de s’habiller pour se tenir prêt à remplacer un joueur blessé. Même s’il n’a jamais participé au match, sa présence bien disposée à la ligne latérale a eu pour effet d’encourager considérablement l’équipe.

Sujets connexes

> Général

Intouchable

La lèpre était l’une des maladies les plus redoutées à l’époque de Jésus. La personne qui en souffrait était condamnée à vivre seule et isolée. Les lois cérémonielles juives interdisaient tout contact physique avec un lépreux. Celui-ci devait vivre hors du camp, à l’écart de sa famille et de ses voisins (LÉ 14.2,3). S’il venait à s’aventurer dans le grand public, il devait crier : « Impur ! Impur ! » afin que les gens sachent qu’ils devaient s’en tenir loin (13.45,46).

Familles et pendules

Mon ami d’âge mûr avait du mal à apprécier son Église locale. Il avait été élevé dans une famille qui accordait de l’importance à leur relation personnelle avec Dieu, mais qui se souciait peu de la religion organisée. Lorsque ses parents étaient plus jeunes, leur Église avait cessé de prêcher l’Évangile. Ils avaient donc commencé à se méfier de toutes…

Le Dieu qui a souffert

On me dit qu’il est possible de transformer n’importe quelle boisson fouettée en une collation riche en vitamines et antioxydants. Il s’agit d’ajouter quelques légumes (épinards, chou-fleur, chou frisé, betteraves ou autres légumes santé) aux breuvages des buveurs qui ne se doutent de rien. Ils croient ingurgiter une boisson faite uniquement de mangues et de miel, mais en fait ils sont aussi en train d’avaler des légumes verts. La texture est celle d’une boisson fouettée, cependant la substance est de loin différente.